Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tennis master 1000 à Shangaï : Mais qui veut la peau de Roger Federer?




Tennis master 1000 à Shangaï : Mais qui veut la peau de Roger Federer?
Roger Federer n’arrive pas en terrain conquis du côté de Shanghai. Le n°1 mondial a été l’objet de menaces de mort, l’obligeant à se faire très discret en Chine. Un évènement rare qui repose la question de la sécurité des joueurs. «Sachez que je vais tuer Roger Federer». Avec ces quelques mots postés sur un site de sport très populaire en Chine, le 25 septembre dernier, un internaute met actuellement la police locale en émoi. Et ce d’autant plus que, pour illustrer ses écrits, «Blue Cat» s’est permis de rattacher une photo du Suisse décapité, gisant au sol, avant de répéter ses avertissements. Résultat : les autorités redoublent désormais de vigilance alors que le natif de Bâle a posé ses valises en Chine pour (enfin) rafler ce tournoi qui fait défaut à son palmarès.
«Si quelqu’un veut vraiment tuer…»
«Nous enquêtons. Federer est arrivé en Chine et nous avons déjà renforcé les mesures de sécurité autour de lui. Nous espérons que ces menaces ne sont que verbales mais on ne peut en être sûrs. Nous devons donc sécuriser le joueur et sa famille», a officiellement indiqué l’un des responsables de l’avant-dernier Masters 1000 de la saison. De son côté, le tournoi de Bâle n'a pas prévu de mesure de sécurité particulière avant d'accueillir l'enfant du pays dans quinze jours.
Des menaces de mort jugées suffisamment sérieuses pour contraindre Federer à ne pas atterrir à l'aéroport principal de Shanghai mais dans un lieu plus discret. Le n°1 mondial a fait escale à Pudong et n’effectuera pas une seule séance d’entraînement en public cette semaine. Les supporters du n°1 mondial vont donc devoir se faire une raison et l’observer à distance tenter de conforter sa place au sommet du classement ATP. «Nous avons ainsi pris la décision de ne pas laisser le public s'approcher trop près du court à la fin des matches. Et demandons aux fans d’être indulgents, s’il ne signe pas d’autographes».
Interrogé sur cet évènement rarissime sur le circuit professionnel, son compatriote Marc Rosset en a profité pour rappeler que les joueurs de tennis étaient particulièrement exposés. «Même si la sécurité lors des matches a été renforcée, je pense que si quelqu'un veut vraiment tuer un tennisman, il va y arriver, a lâché sans ambages le champion olympique en 1992 sur le site 20Minutes.ch. Tout le monde peut savoir où logent les gars et personne ne peut empêcher qui que ce soit de louer une chambre dans le même hôtel. Les gardes du corps ont un effet dissuasif, mais ils ne pourraient pas empêcher un sniper avec un fusil de précision d'abattre un joueur». Reste à espérer que Federer soit le seul à faire parler la poudre à Shangaï d’ici dimanche…
Mikael Torz (Sport24)

Le Figaro
Samedi 6 Octobre 2012

Lu 353 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs