Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Téléphone mobile : une étude rassurante sur le risque de tumeur cérébrale




Les enfants et adolescents utilisant régulièrement un téléphone portable ne seraient pas plus exposés au développement de tumeurs cérébrales que ceux qui n'en utilisent pas régulièrement. Telles sont les conclusions d'une étude publiée le 28 juillet en ligne, par le Journal of the National Cancer Institute (JNCI).
Pour conduire leurs recherches, le Dr Martin Röösli et son équipe de l'Institut de santé publique et tropicale de Bâle en Suisse, ont étudié les dossiers médicaux d'enfants âgés de 7 à 19 ans et vivant en Norvège, au Danemark, en Suède et en Suisse. Entre 2004 et 2008, les chercheurs ont ainsi réalisé des entretiens avec 352 jeunes malades atteints de tumeurs au cerveau, mais aussi avec 646 autres jeunes qui ont servi de sujets contrôle. Pour les deux groupes, ils ont alors procédé de la même manière en cherchant à évaluer leur fréquence d'usage du téléphone mobile pendant l'entretien et grâce aux relevés des opérateurs. C'est en réalité la première fois qu'une étude comparative de la sorte est conduite.
Au final, l'étude a alors montré que 75,3% des sujets malades et 72,1% des contrôles ont dit avoir téléphoné avec un mobile plus de 20 fois avant le diagnostic de cancer, et 55% des cas contre 51% des contrôles ont fait état d'un usage régulier de portable. De même, les jeunes qui utilisaient leur mobile depuis plus de 5 ans n'ont pas présenté de risque plus élevé de cancer comparé à ceux qui n'en avaient jamais utilisé. "Les données actuelles ne vont pas dans le sens d'une relation causale entre l'utilisation des téléphones portables et les tumeurs cérébrales", commentent les auteurs.
Par ailleurs, l'étude n'a pas montré de conséquences notables quant à la concentration des radiations due à un placement du téléphone sur un seul côté de la tête. Les résultats montrent ainsi une "absence de relation exposition-réponse soit en termes de quantité de l'utilisation du téléphone mobile soit par la localisation de la tumeur au cerveau, plaide contre une association causale", cite 20minutes.fr. 
Si leur étude se veut rassurante, les auteurs insistent toutefois sur la nécessité de poursuivre les recherches. "Nous ne pouvons pas éliminer la possibilité que le portable n’ait pas une minime influence dans l’augmentation des risques, et nous soulignons l’importance de futures études", précisent-ils. Une étude récente de l'International Agency for Research on Cancer suggérait en effet un résultat contradictoire, indiquant que les téléphones portables étaient "peut-être cancérigènes pour les humains". Les scientifiques recommandent donc aux parents des jeunes enfants de conserver une attitude prudente.

Maxisciences
Mardi 2 Août 2011

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs