Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tel le phénix, notre Onze national renaît de ses cendres : CAN 2013 en Afrique du Sud, le Maroc y sera




Tel le phénix, notre Onze national renaît de ses cendres : CAN 2013  en Afrique du Sud, le Maroc y sera
Décidément, que ce soit de l’insuccès ou des prouesses, notre sélection de football ne laisse guère indifférent. Samedi, au second cas, scènes de joie et tapage nocturnes ont caractérisé la liesse populaire dans les grandes villes du pays après la large victoire du Maroc sur le Mozambique (4-0) en match retour du dernier tour des éliminatoires de la CAN 2013 qui se tiendra en Afrique du Sud l’hiver prochain (19 janvier au 10 février).
Ce carton, synonyme de qualification après la piètre prestation du match aller, victoire des Black Mangas 2-0 et par qui d’ailleurs tout un chamboulement dans la façon de penser notre football est arrivé, l’a été de par une rage de vaincre comme jamais observée depuis belle lurette. Mais le résultat, aussi éloquent soit-il, n’en a pas moins été obtenu, laborieusement.
En effet, toute une mi-temps durant, les hommes à Taoussi ont buté sur une hermétique défense mozambicaine  avant qu’à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, le sociétaire de Getafe Abdelaziz Barrada excellemment servi par un Youssef El Arabi intenable, ne trouve, enfin, la faille d’un joli heading. C’était là un moindre mal tant les Nationaux avaient vendangé d’occasions au plus fort de leur domination.
En seconde mi-temps, le penalty astucieusement obtenu par ce même Barrada et aux conséquences heureuses pour nous autres, facilita énormément les choses quand le vaillant capitaine Houcine Kharja le transforma. Deux bonnes raisons à cela. D’abord, le Maroc revenait sur son adversaire et n’était plus éliminé et ensuite  le Mozambique était réduit à dix car d’une exclusion, il avait perdu son capitaine. Ce coup au moral fut fatal aux Black Mangas qui encaissèrent un troisième but sur un heading en 3D de Larabi à cinq minutes de la fin avant que dans les temps morts Nordine Amrabat ne vienne corser l’addition.
In fine, le cavalier seul des Nationaux n’a pas été cher payé. On retiendra de cette folle soirée, mis à part la qualification à la CAN, un énorme sentiment de soulagement, celui d’avoir retrouvé enfin notre équipe nationale. Oh tout n’est pas pour le meilleur du monde, mais force est de constater que notre sélection, d’une gestion nouvelle, a tout pour rebondir. Comme dirait l’autre, dès lors qu’il s’agit de grandir, pourvu que Dieu prête vie.

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 15 Octobre 2012

Lu 634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs