Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Téhéran annonce l'existence d'une seconde unité d'enrichissement d'uranium : Le nucléaire iranien s'invite au G-20




L'Iran a révélé l'existence d'une seconde unité d'enrichissement d'uranium, ont annoncé vendredi des responsables occidentaux à l'Associated Press.
Ces responsables occidentaux -l'un s'exprimant depuis une capitale européenne, l'autre étant un diplomate à Vienne- ont requis l'anonymat.
Du coup, rapporte le "New York Times" dans son édition de vendredi, le président américain Barack Obama ainsi que le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique Gordon Brown vont accuser l'Iran d'avoir construit cette deuxième unité dans une déclaration commune lors du G-20 à Pittsburgh (Pennsylvanie).
A Pittsburgh, un haut responsable de la Maison Blanche a précisé que les trois dirigeants exigeront de Téhéran qu'il ouvre ces installations aux inspecteurs de l'AIEA.
Ces responsables ont précisé vendredi que l'annonce de Téhéran était contenue dans une lettre envoyée lundi à Mohammed El-Baradei, le directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA).
Ces mêmes responsables, dont l'un a pu lire la missive, ont déclaré à l'Associated Press que cette lettre ne contenait aucune précision sur la localisation géographique de cette deuxième usine. Selon l'autre source qui a accès à des informations d'une centrale de renseignements occidentale, l'usine en question est située à quelque 160km au sud-ouest de Téhéran et abrite 3.000 centrifugeuses nécessaires à l'enrichissement d'uranium, qui pourraient être opérationnelles dès l'année prochaine.
Le dernier rapport de l'AIEA faisait état de l'installation en Iran de plus de 8.000 centrifugeuses sur le site secret de Natanz, mais précisait que seules 4.600 de ces centrifugeuses étaient en fonctionnement total.
L'Iran est sous le coup de trois séries de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies, pour avoir refusé de geler ses activités d'enrichissement. Jusqu'à présent, l'Iran n'admettait l'existence qu'une seule usine d'enrichissement.
Pour la première fois depuis plus d'un an, l'Iran et le groupe des Six (Etats-Unis, France, Russie, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) doivent se retrouver le 1er octobre prochain à Bruxelles pour discuter du programme nucléaire iranien. Les derniers pourparlers avec Téhéran, en 2008 à Genève, avaient achoppé sur le refus iranien de parler de l'enrichissement d'uranium. Téhéran refuse toujours officiellement d'aborder ce sujet, mais les Six ont accepté la semaine dernière son offre de discussions sur le nucléaire en général dans l'espoir de pouvoir discuter aussi de l'enrichissement d'uranium.
Israël et les Etats-Unis déclarent régulièrement qu'un recours à la force n'est pas exclu si l'Iran continue d'ignorer les résolutions du Conseil de sécurité.

AP
Samedi 26 Septembre 2009

Lu 235 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs