Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tchad–USA : Les dessous du “Travel ban”




Par un décret migratoire qui vient démontrer sa détermination dans la lutte contre le terrorisme, Donald Trump place le Tchad parmi les pays dont les ressortissants sont interdits d’accès au territoire américain. Personne, mêmes les tchadiens ne s’attendaient à cette décision, puisque le pays est considéré comme étant le principal allié de la communauté internationale dans ce combat contre les forces du mal. Au delà des raisons invoquées officiellement, la décision de Trump ne cache t-elle pas d’autres
motivations ?

Ce que Trump
reproche au Tchad.


Le Tchad regorge de terroristes sur son sol et ne partage pas de manière efficace des informations avec les agences américaines de renseignements. Ce sont en résumé les reproches faits au Tchad par l’Administration Trump. Plusieurs éléments concourent à corroborer ces reproches.  Le Nord du Tchad regorge de trafiquants de drogues et d’armes qui sont susceptibles d’être qualifiées de terroristes selon la nature des activités qu’ils mènent. Boko Haram, l’EI et les milices djihadistes du Sud libyen utilisent ce couloir pour se ravitailler en armes et en hommes. Le recrutement de nouveaux candidats terroristes se fait jusqu’en profondeur dans la région du Lac aussi bien du côté tchadien, nigérien que nigérian. De même, le système d’état civil tchadien est défaillant du fait de la corruption et du manque de sérieux des autorités en charge de ses services. Tout le monde peut se procurer une pièce d’identité puisqu’il n’y a pas vraiment de moyens pour filtrer les demandeurs d’identité. D’autres malfaiteurs venant d’autres pays peuvent donc se faire délivrer ces documents précieux. C’est le cas en 2015 de Mahamat Moustapha, alias Bana fanaye, le nigérian qui coordonnait les activités de Boko Haram depuis le Tchad.  
Quant aux services de renseignements tchadiens ils ne sont pas formés pour partager des informations avec d’autres agences. Moins professionnels et non informatisés, leur travail au quotidien consiste à collecter des informations politiques afin de réprimer les voix discordantes et consolider ainsi le régime du président Deby. Une technique que le régime utilise depuis 27 ans pour semer la terreur au sein de la population.
Mais s’il faut s’arrêter à ces raisons officielles, pourquoi fallait-il punir seulement le Tchad ? Les incohérences de cette décision avec les réalités sur le terrain sont notoires. Le pays partage ses frontières avec  d’autres pays en crise et en proie au terrorisme. Le Nigeria, pays d’origine même de la secte Boko Haram, le Cameroun et le Niger sont les théâtres récurrents d’actes terroristes depuis quelques années. Ces pays présentent presque les mêmes défaillances sécuritaires. Pourtant, ils n’étaient pas inquiétés ! Par ailleurs, si Trump voulait réussir dans son combat contre le terrorisme, il aurait plutôt intérêt à soutenir Deby, même si celui-ci n’est pas un ange, et non le sanctionner. Car une telle décision pourrait pousser Deby à « lever le pied » dans ce combat et à partir de là, il y a le risque que ça empire. Pour rappel, l’armée américaine est toujours en place et c’est d’ailleurs elle qui encadre le Groupement anti-terroriste de l’armée tchadienne dans ce domaine. Il s’en suit que la responsabilité est aussi partagée.
Au regard du caractère non convaincant de la version officielle, l’on est en droit de chercher d’autres motifs qui auraient pu motiver la décision de l’Administration Trump.

Ce que cacherait  
le décret de Trump


Le Président Deby se considère comme le seul allié capable de stopper la progression des sectes terroristes dans le sahel. Fort de cette posture, il reproche aux dirigeants de grandes puissances notamment les USA de ne pas mettre assez de moyens à sa disposition. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il aurait boycotté la dernière rencontre du G5 Sahel et en même temps l’Assemblée Générale de l’ONU. Ce qui aurait été perçu comme un chantage par le Président Trump qui, en signant ce décret, voudrait rappeler à Deby que c’était lui le « maître du jeu ».
L’autre raison possible et non des moindres, c’est l’attitude du Président Deby envers EXXON MOBIL ; la multinationale américaine qui, depuis plusieurs années déjà, exploite à travers ses filiales (ESSO, PETRONAS et CHEVRON) le pétrole tchadien. Depuis 2009, l’Etat tchadien accuse EXXON MOBIL de ne verser que 0,2% de la redevance qu’elle doit au Tchad alors que le taux fixé par la loi était de 2%. Dans ce litige, la justice tchadienne a condamné en 2016, le pétrolier à verser 44 700 milliards de FCFA au Tchad. Le règlement à l’amiable de cette affaire a permis de prolonger le contrat de EXXON MOBIL jusqu’en 2050, mais la firme a perdu sa notoriété, de l’argent et sa position privilégiée auprès des autorités tchadiennes. Par suite, les américains en ont voulu au régime de Deby pour cette affaire. Dès lors, il est plausible de penser à un désir de revanche de la part d’ EXXON MOBIL via son ex-PDG de, Rex Tillerson, qui n’est autre que le Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères dans l’Administration Trump. De même, le nouveau feuilleton de l’AIRBUS A340 de la compagnie AIR INTER1 serait l’autre raison de la colère de Trump. Cet avion immatriculé au Tchad dans des circonstances inconnues jusqu’à ce jour, serait impliqué dans le trafic d’armes et des produits prohibés au Kazakhstan, l’Iran et l’Iraq.
Certes, les défaillances sécuritaires au Tchad existent mais les présenter de cette manière s’apparente plutôt à de l’instrumentalisation politique, de la part de Trump qu’une véritable invitation à pallier à ces lacunes. De même, Déby est en train d’instrumentaliser ce décret afin de se refaire une popularité en fédérant le peuple tchadien contre l’ennemi américain. Les tchadiens ne devraient tomber pas dans ce double piège. S’ils voulaient retrouver de la souveraineté, il faudrait faire pression sur Déby pour que les griefs cessent d’être instrumentalisés par les leaders occidentaux afin d’avancer leurs pions sur l’échiquier géostratégique mondial.


 * Blogueur tchadien
Article publié en collaboration
avec www.unmondelibre.org

Par Narcisse OREDJE *
Vendredi 13 Octobre 2017

Lu 972 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs