Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tazi vs Benkirane




Tazi vs Benkirane
Plusieurs personnes le savaient. L’homme avait voté pour le PJD, sans pour autant partager ses idées. C’était à l’époque une manière de voir le changement. Vint le temps ainsi de dévoiler la suite de l’histoire. Le chef du gouvernement voulait, peut-être, le remercier pour son geste, en le gratifiant d’un poste ministériel. Une proposition restée confinée dans les bavardages de salons. Le concerné, Karim Tazi, ne voulait jamais dévoiler la chose de manière  solennelle. 
Ce n’était que partie remise. La turbulente sortie médiatique du chef du gouvernement pleine d’insultes envers  l’homme d’affaires, a permis de connaître la vérité qui enfonce Benkirane, encore une fois, dans ses contradictions. Après sa nomination en tant que chef de l’Exécutif,  Abdelilah Benkirane a effectivement contacté Karim Tazi pour lui proposer un poste ministériel au sein de son gouvernement. 
Mais, en quoi la proposition est-elle aussi importante et actuelle ? C’est simple, l’une des injures acerbes de Benkirane envers Tazi fait état, en filigrane, de «l’ignorance politique » de ce dernier.  «Quelqu’un qui a échoué à diriger un magazine n’a pas le droit de critiquer le gouvernement», a-t-il lancé. Une attaque qui entend renvoyer la balle à Tazi, après ses critiques au gouvernement lors du face-à-face qui l’a mis aux prises avec le ministre de la Communication Mustapha Khalfi, à l’occasion d’un colloque, organisé par le site d’information arabophone «Hespress» sur la situation des médias au Maroc. 
 «J’invite les bonnes consciences au sein du PJD à examiner les chiffres de Transparency Maroc pour constater la hausse des indicateurs concernant la corruption au Maroc … il suffit d’enlever les lunettes partisanes pour le voir … », lui a répliqué Tazi. 
Tazi explique par ailleurs qu’il a décliné poliment l’offre de Benkirane, arguant qu’il «ne partageait pas les idées du PJD, mais qu’il était en train de contribuer, en tant que citoyen, à la moralisation de la vie politique». Mais là, l’homme d’affaires, proche du Mouvement du 20 février, ne cache pas sa déception, quant à « l’échec politique » actuel du gouvernement islamiste. 
 « Aucun des slogans prônés par le PJD, lors de la campagne électorale, n’a été mis en œuvre», a-t-il soutenu. Lors du face-à-face en question, il a pris de court le ministre de la Communication Mustapha Khalfi, en lui adressant une boutade tonitruante : «Regardez-moi dans les yeux, est-ce que c’est vous Mustapha Khalfi du quotidien Attajdid ? Je ne vous reconnais  malheureusement pas, vous avez apparemment deux faces ».  

Mustapha Elouizi
Mardi 20 Mai 2014

Lu 903 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs