Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Taza : Dysfonctionnements dénoncés au programme FIDA




Le programme FIDA rencontre des problèmes dans la province de Taza. Sa mise en œuvre connaît de véritables gesticulations de la part de certains agents d’autorité, d’une part et de certains responsables du programme de l’autre, comme cela est écrit, noir sur blanc, dans la plainte rendue publique. Les aberrations ont ainsi lieu dans l’une des zones montagneuses de la région, là où l’on refuse l’action associative et où l’on exploite une condition sociale des plus difficiles.
Pour Mohamed Qader, président de l’Association Tamzought pour le développement, la situation est lamentable, dans la mesure où ce programme, censé être l’apanage de la société civile, est à la merci de l’intervention des agents d’autorité qui supervisent les objectifs et plans d’action selon des pratiques occultes et douteuses. Ce n’est pas tout. Une complicité avec certains responsables du FIDA, selon le président de l’Association, a semé le trouble parmi les habitants qui avaient été menacés et intimidés pour signer une pétition à leur insu.
La complicité évoquée dans la plainte a été sanctionnée par la décision de retirer le projet de plantation d’environ 220 ha d’amandiers, d’entre les mains de l’Association Tamzought. Pour rappel, celle-ci avait été chargée de ce projet dans le cadre du Plan Maroc Vert après avoir présenté son dossier que soutiennent les propriétaires des terrains bénéficiaires. «L’autorité locale de la commune de Tazarine et les représentants du FIDA ont réussi à se venger de l’association pour des raisons purement politiques», lit-on dans cette plainte dont Libé détient copie.
Et de rappeler que l’association avait déjà bénéficié d’un projet à travers lequel elle a pu exploiter «avec grand succès» une superficie de 180 ha, permettant l’embauche de dizaines d’ouvriers. Ce qui n’est pas le cas pour ce projet où l’on avait remplacé la main-d’œuvre par les machines et privé les habitants de revenus supplémentaires, surtout en cette période de sécheresse, souligne la même source.
L’Association Tamzought, privée «injustement» de ce projet, s’est attelée depuis 2011, date de sa création, à organiser de nombreuses activités dont des campagnes médicales, des cérémonies de circoncision, de distribution de plusieurs tonnes de vêtements, entre autres activités culturelles en partenariat avec l’IRCAM.

E.M
Samedi 27 Février 2016

Lu 1833 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs