Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tarek Jihad : Au Maghreb, nous avons besoin de producteurs




Tarek Jihad est un chanteur tunisien qui habite au Maroc depuis plus de vingt ans. Pour avoir vécu dans un environnement artistique, il a été imbu dès son enfance de  musique classique arabe et des vétérans qui ont balisé le terrain aux jeunes qui cherchent à perpétuer la chanson classique basée sur un texte fort et une musique profonde. Son passage récemment au Festival Awtar à Rhamna n’est pas passé inaperçu, car le public l’attendait et voulait le voir de près.
C’est avec une formation classique du nom de « Takht » que Tarek Jihad a commencé sa carrière artistique. Et s’il n’était pas  fin connaisseur des règles du chant et qu’il n’ait pas une voix aussi forte, il n’aurait pas pu rejoindre cette formation fort exigeante. Cet amour pour la chanson classique l’a toujours habité ; il n’a jamais tenté de s’en démarquer même si les temps ont un peu changé et qu’on peut parvenir à la célébrité en empruntant des chemins plus courts. Mais ce sera là une sorte de suicide artistique, car ce genre  n’est basé que sur l’image et la célébrité éphémère.
D’ailleurs Tarek Jihad connaît assez bien la chanson marocaine pour ne retenir que  les artistes qui préservent le cachet  classique tels Fadwa Malki, Asma Mnaouar et Adil Zarhouni. Le problème au Maroc est le même qu’en Tunisie et en Algérie. Pour Trak, ce ne sont pas les paroliers, les compositeurs et les chanteurs qui manquent mais une véritable industrie, un réseau de production et de distribution ; ce qui incite les artistes maghrébins à s’exiler en Orient où les choses sont plus favorables.
Pour autant, fait-il remarquer, il faut être vigilant face à ce qui est présenté dans les chaînes satellitaires arabes, car ce qu’on prétend vouloir faire est une arme à double tranchant. Cependant, il faut se garder d’adopter des styles bâtards qu’il faut combattre pour éviter à notre enfant  de dévier vers un genre de musique qui n’a aucun rapport aven notre patrimoine civilisationnel.
En attendant des jours meilleurs où le chanteur maghrébin aura les moyens de donner plus de rayonnement et faire connaître son travail à partir de son pays, Tarek Jihad gratifie les mélomanes  du complexe la Brasérade des meilleurs succès de la chanson arabe sans pour autant délaisser son propre répertoire qu’il s’apprête à enrichir avec un nouvel album intitulé « Droub Mahboubi » avec huit chansons.
Il faut dire que le Festival de Awtar, tout comme Studio 2M et d’autres festivals qui ont lieu au Maroc, ont révélé l’amour que portent les Maghrébins à leur patrimoine artistique qu’ils veulent, à juste titre, garder jalousement, parce qu’il rappelle l’âge d’or  de la chanson maghrébine qui circulait entre Casablanca, Oran et Tunis de la façon la plus naturelle. Et à chaque occasion, c’est avec beaucoup de nostalgie qu’on évoque cette époque qui a donné naissance à des artistes de grands talents dont on entonne les chansons avec un plaisir renouvelé.

Par Abdeslam Khatib
Samedi 29 Mai 2010

Lu 336 fois


1.Posté par mourad zaim le 05/11/2015 12:44 (depuis mobile)
Salut TAREK C ZAIM MOURAD OUJDA je te souhaite bonne CHANCE.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs