Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tanger à l’heure du débat Nord-Sud sur le genre et les droits des femmes

«Féministes…ou non?», thème d’une manifestation organisée par l’Association Assyada Al Hourra




Tanger à l’heure du débat Nord-Sud sur le genre et les droits des femmes
Le débat sur le genre et les droits des femmes était au centre d’une rencontre internationale qui a pris fin samedi dernier à Tanger. Chercheurs, activistes, journalistes, syndicalistes, politiques et associatifs … autant de profils qui devaient débattre d’une problématique certainement complexe. «Féministes…ou non?» est le thème de cette manifestation d’importance.
Initiée par l’Association Assyada Al Hourra pour la citoyenneté et l’égalité des chances, Tanger-Tétouan, en collaboration avec le Réseau international francophone genre en action, cette rencontre devait mettre autour de la même table près de 150 personnes des deux sexes pour tenter de prospecter de nouvelles pistes et de nouveaux savoirs sur le genre, les droits des femmes, les relations femmes-hommes ainsi que les rapports de domination au Sud et au Nord.
Plusieurs pays francophones ont participé aux différents ateliers thématiques et aux débats croisés.
Le débat a pris en considération de nombreux facteurs : catégories d’âge, origines géographiques, sociales et ethniques, appartenances associatives ou institutionnelles, statuts (recherche, plaidoyer, militantisme, actions de terrain, syndicalisme, médias, réseautage/réseau social numérique, enseignement, etc), mais aussi les points de vue. Une confrontation qui devait donner une idée sur un sujet qui commence à s’imposer  dans l’espace public.
Cette initiative internationale  dédiée au féminisme et au genre, ambitionne d’atteindre quatre objectifs, en l’occurrence la situation du féminisme et les enjeux actuels du développement, le traitement de la récurrente question des liens entre féminisme et genre, l’interpellation du genre et l’intersectionnalité des situations d’inégalité et/ ou de domination et le questionnement sur les notions d’universalisme, de culturalisme, de relativisme culturel et leur croisement avec les féminismes.
Les travaux de cette manifestation devaient connaître la participation d’organisations de femmes, féministes … ou non, mais certainement actives dans le droit des femmes et l’égalité de genre. Elles devaient exprimer leurs conceptions et expériences du «genre» croiser leurs regards, savoirs, pratiques et perspectives d’action, de recherches et d’innovation en matière de genre et de développement dans divers champs d’intervention géographique et thématique.

Mustapha Elouizi
Samedi 7 Décembre 2013

Lu 1702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs