Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tandis qu'une réforme est en cours de finalisation : Des assureurs américains s'implantent au Maroc




Tandis qu'une réforme est en cours de finalisation : Des assureurs américains s'implantent au Maroc
Le secteur des assurances subit des mutations profondes. L'ouverture des négociations sur la libéralisation des services avec l'Union européenne, les engagements résultant de la signature des accords de libre-échange avec les USA et la Turquie et la libéralisation de la profession se traduisent au niveau national par un repositionnement manifeste au sein du secteur. Ces changements se matérialisent par les fusions-absorptions, l'adoption du nouveau code des assurances, l'alignement sur les normes internationales ainsi que la clarification des rapports entre divers opérateurs, notamment compagnies d'assurances et réseaux d'intermédiaires. C'est dans ce contexte que le géant américain de l'assurance-santé s'associe avec BMCI, filiale de BNP Paribas au Maroc, et Atlanta, compagnie d'assurances locale, afin de proposer une couverture médicale locale et internationale. Le partenariat a été signé le 5 mars 2009 après quatre années de discussions. Aetna devient ainsi la première compagnie d'assurances américaine à s'installer au Maroc. Selon le site d'information économique Econostrum, le contrat d'assurance-santé proposé privilégie une clientèle haut de gamme. "Destiné aux catégories supérieures, professions libérales, hauts cadres, chefs d'entreprise et personnels expatriés, Assur-Plus Santé international propose une couverture des soins et prise en charge hospitalière au Maroc et dans le monde entier [...], sans franchise, avec un plafond annuel pouvant atteindre 17 millions de dirhams par assuré environ 1,5 million d'euro" . Aetna, qui figure dans le top trois aux Etats-Unis, poursuit ainsi sa stratégie de développement à l'international. L'entreprise vise en particulier la population expatriée, nombreuse au Maroc. D'après la directrice en stratégie et marketing du Groupe, Isabelle Hebert, "ce partenariat est la conjugaison de la force de frappe commerciale de la BMCI, la rigueur de la gestion d'Atlanta et l'expertise d'Aetna en matière de services de santé internationale." La BMCI, filiale de BNP Paribas, opère dans la bancassurance depuis 2005 et compte 240 agences dans le pays. Quant à la compagnie marocaine Atlanta, détenue par le groupe familial Holmarcom et la Caisse de dépôt et de gestion, elle a été introduite en Bourse en 2007. A noter que la Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS) a diffusé une circulaire qui annonce une réforme en cours de finalisation. Cette réforme détermine des exigences quantitatives à prendre au sérieux en ce qui concerne, essentiellement, l'harmonisation des provisions et l'instauration de minima de fonds propres (capital de solvabilité) réduisant les risques de ruine des compagnies d'assurances. Il s'agit du minimum requis (MCR). A cet effet, la Direction prévoit la mise en place d'un système de contrôle interne, visant à renforcer la sécurité des transactions ainsi que la solvabilité des compagnies d'assurances via une couverture renforcée des risques. Ces nouvelles exigences réglementaires en termes de fonds propres instituées par la réforme, devraient donc conduire à une vague de recapitalisation du secteur des assurances. En outre, dans le cadre de la réforme du système financier initié par le Conseil national du crédit et de l'épargne (CNCE), un projet de transformation de la DAPS en autorité de régulation indépendante a été lancé dans le but d'accroître la supervision du secteur des assurances afin de le hisser aux standards internationaux. A noter que les réformes attendues sont d'une extrême importance. Certains n'hésitent pas à comparer cette étape à la période de la liquidation de cinq sociétés d'assurances (Arabia Insurance Company Morocco S.A., la Compagnie Atlantique d'Assurances, la Réunion Marocaine d'Assurances et de Réassurances, la Renaissance et la Victoire) en vertu des arrêtés du ministre des Finances et des Investissements extérieurs du 12 septembre 1995. La liquidation de ces sociétés, rappelons-le, fait suite aux mesures de redressement appliquées par les autorités dans le cadre de la politique d'ajustement structurel entamée depuis 1982, et à la promulgation de certaines règles de gestion et des indicateurs d'appréciation de la solvabilité globale des entreprises d'assurances. Parmi ces mesures figurait l'instauration d'un ratio de solvabilité assez sévère, destiné à faire face aux risques de l'exploitation propres aux caractères aléatoires des sociétés d'assurances. L'autre mesure consiste en l'exclusion des entreprises d'assurances et des organismes de prévoyance sociale d'opérer sur le marché des billets de trésorerie en émettant des titres négociables à l'ordre de personnes physiques ou morales d'une courte durée ou d'un montant au moins égal à 1 million de dirhams. Cette décision a été prise pour orienter les entreprises d'assurances vers le marché des adjudications des bons de Trésor.

Mohamed Kadimi
Vendredi 13 Mars 2009

Lu 455 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs