Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Takata, ses airbags meurtriers et une crise explosive aux Etats-Unis




Takata, ses airbags meurtriers et une crise explosive aux Etats-Unis
Ses airbags dangereux, voire meurtriers, ont causé le rappel de millions de véhicules dans le monde, les plaintes pleuvent aux Etats-Unis et les autorités américaines mènent l’enquête: la firme japonaise Takata s’enfonce dans la tourmente, entraînant avec elle le constructeur Honda. 
Dernier rebondissement en date, la demande par deux sénateurs américains de l’ouverture d’une enquête criminelle du département de la Justice a entraîné lundi un nouveau plongeon de l’action en Bourse.
Le titre de cette société tokyoïte octogénaire, brusquement passée de l’anonymat à la célébrité, a abandonné plus de 60% depuis le début de l’année.
Deuxième fabricant mondial de coussins de sécurité avec 22% du marché, Takata est sur la sellette pour de dangereux exemplaires produits dans les années 2000. “Au lieu de déployer des airbags pour protéger les occupants du véhicule, ils explosent tels des grenades, projetant des éclats de métal et de plastique dans l’habitacle”, décrit le cabinet d’avocats Hagens Berman de Seattle, dans une plainte en nom collectif visant également Honda, plus gros client de l’équipementier.
Tous deux sont accusés d’avoir “privilégié les profits à la sécurité”, Takata fabriquant alors à un rythme effréné pour satisfaire la forte demande. Pire encore, plusieurs sources affirment avoir été alertées du problème il y a une dizaine d’années, mais “plutôt que de le prendre à bras-le-corps pour prévenir des incidents, ils se sont engagés dans des manoeuvres de tromperie pendant dix ans, ne lançant une campagne de rappels que récemment”, accusent les hommes de loi dans un argumentaire similaire à d’autres poursuites pénales.
D’anciens salariés interrogés par le New York Times font même état de tests menés dans le plus grand secret dès 2004. Alors que les résultats avaient révélé des défauts de conception, Takata, prenant peur, avait ordonné aux techniciens de détruire les données, selon ces témoignages. 
Bilan à ce jour: plusieurs décès (deux confirmés par Takata, quatre évoqués par la presse) et des dizaines de cas de blessures.
En dehors de probables failles de ses contrôles de qualité, principalement dans son usine mexicaine de Monclova, Takata a mis en avant une cause climatique, l’agent gonfleur utilisé - du nitrate d’ammonium - pouvant se détériorer en cas d’exposition à une humidité excessive.
Les rappels - 16 millions de voitures depuis 2008, dont près de huit aux Etats-Unis, selon Scott Upham, président du cabinet new-yorkais Valient Market Research - ciblent donc des régions comme la Floride, Porto Rico ou Hawaï. 
Parmi les onze constructeurs concernés, Honda est de loin le plus touché. “Il va au devant de gros problèmes”, estime Hans Greimel, correspondant en Asie du magazine américain Automotive News. “S’il est prouvé qu’il a tardé à réagir ou a caché des informations, son image pourrait en souffrir durablement”.
L’agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) tente d’établir sa responsabilité au côté de celle de Takata. Elle a demandé aux deux firmes une série de documents, les menaçant d’une lourde amende.
Peu prolixe sur le sujet, Honda a simplement dit avoir lancé “un audit indépendant”. Takata oppose de la même manière un silence assourdissant, à l’exception d’excuses à répétition dans la plus grande tradition japonaise. 
Au-delà de l’impact dévastateur sur sa réputation, le fabricant, dont les ceintures de sécurité avaient déjà provoqué des millions de rappels en 1995, se prépare à des jours difficiles. Ses comptes sont tombés dans le rouge du fait du coût des réparations, et l’hémorragie ne devrait pas s’arrêter là, avertit Scott Upham, évoquant une possible extension des rappels, les frais judiciaires et d’éventuelles pénalités.
Takata peut a priori compter sur le soutien des groupes automobiles japonais. Mais les Américains et Européens risquent d’être moins indulgents, souligne l’analyste qui prédit une chute de la part de marché de Takata à 11% en 2020, au bénéfice des autres acteurs tels que le suédois Autoliv, l’américain TRW Automotive et le japonais Daicel.


AFP
Mercredi 19 Novembre 2014

Lu 404 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs