Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tahar Ben Jelloun, président d'honneur du Festival du film oriental de Genève

Du 4 au 13 avril 2014




Tahar Ben Jelloun, président d'honneur du Festival du film oriental de Genève
Le romancier et poète Tahar Benjelloun a été désigné président d'honneur de la 9ème édition du Festival international du film oriental de Genève (FIFOG).
 M. Benjelloun présidera également le jury de la compétition internationale au terme de laquelle seront décernés les prix d'or et d'argent de cet évènement, indique-t-on auprès des organisateurs qui prévoient sept concours, dont deux à caractère scolaire.
 "Je suis heureux de parrainer la 9ème édition du FIFOG, pont cinématographique entre l'Orient et l'Occident, qui met le corps dans sa multiplicité au centre de la réflexion", écrit le prix Goncourt 1987 dans un message aux organisateurs.
A l'occasion de cette manifestation, M. Benjelloun donnera une conférence à l'université de Genève sur la thématique centrale du festival, à savoir la représentation du corps en Orient et en Occident.
Une centaine de films, tous genres confondus, sont à l'affiche dans une vingtaine de lieux à Lausanne et Versoix (Suisse romande), mais aussi en France voisine.
Ces productions, en provenance de pays d'Orient et d'Occident, mettront en valeur des œuvres de qualité "bousculant les normes et enclenchant des dynamiques de transformation des mentalités". 
D'après les organisateurs, la programmation continue à explorer les sociétés orientales dans leur diversité et à interroger les frontières entre l'Orient et l'Occident, à travers des fictions, des documentaires et des courts-métrages inédits ou peu connus en Suisse.
Le festival cherche à initier des débats sur des thèmes touchant aussi bien à l'Orient qu'à l'Occident, à offrir une plate-forme d'expression pour les jeunes réalisateurs suisses et orientaux, et à favoriser le dialogue et la compréhension interculturelle, précisent-ils dans un communiqué.
Il fait un focus sur le cinéma syrien avec un programme de dix films de cinéastes syriens, l'objectif étant de leur donner la parole en vue de mettre en lumière les souffrances et peurs syriennes à la faveur d'un regard humain et artistique. 

MAP
Vendredi 14 Mars 2014

Lu 100 fois

Nouveau commentaire :

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Invité | Expresso | En toute Libé | L'info | Spécial Eté









Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma