Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tafraout : Tazekka part en guerre contre le bétail des riverains




Tafraout : Tazekka part en guerre contre le bétail des riverains
«C’est le comble ! ». « On ne peut plus se résigner à  voir nos cultures  attaquées  par ces voraces troupeaux de chèvres et de moutons ». Les cris  fusent de partout. Les habitants de  Tazekka, un village à quelques encablures de Tafraout  sont à bout de  patience. Et pour cause.
Chaque jour, les paysans de ce douar assistent à des incursions de troupeaux de caprins et ovins des éleveurs  riverains qui mènent paître leurs bétails même dans  leurs vergers et jardins domestiques. Excédés par cette situation intenable, ils  décident de réagir, via   une pétition  comportant plusieurs dizaines de signatures dans laquelle ils dénoncent vigoureusement ces agressions infligées à leurs récoltes.  En effet, il suffit de faire une descente dans les vastes vergers du village pour se rendre compte de ce phénomène. «Regardez ces amandiers : à peine ils commencent  à bourgeonner qu’ils sont déjà dévorés par les chèvres ! C’est injuste ! »,rouspète Dabrahim, un octogénaire, anciens garde-champêtre du village. Chaque jour, des dizaines de troupeaux squattent les vergers de Tazekka. Ils s’acharnent sur  les cultures, arbres, herbes  et autres plantes fourragères : bref tout ce qui est vert sur terre.«C’est la razzia totale», s’indigne Lhous, un autre villageois. Les auteurs de ces dégâts sont bien connus par les habitants qui les ont surpris en flagrant délit d’intrusion dans leurs champs : Ce sont les troupeaux dont les propriétaires   relèvent du quartier dit douar Lmkhaznia qui se trouve à la lisière de la ville et les parages ruraux où les habitants recourent massivement à des petits élevages domestiques de moutons comme activité d’appoint, et qu’ils mènent chaque jour vers  la plaine proche de ce douar pour leur permettre de brouter.
Quotidiennement, ces « raids » engagent les victimes dans un cycle infernal fait d’altercations sans fin, parfois violentes qui éclatent avec les « envahisseurs ». Sans  que les propriétaires des pacages ne parviennent à les chasser. Ils ont beau réclamer  auprès des responsables locaux la protection de leurs cultures en vain. On nous confie que les  fortes accointances qu’ont  ces «resquilleurs»  dans l’administration, leur assurent impunité. Les habitants ne doutent plus que ces éleveurs  finiront ainsi  par les déloger  de leurs terres et les inciter à abandonner l’exploitation des arbres. 
« Qu’est-ce qui nous reste à faire ici, quand on nous privera de nos propres biens agricoles, seule source de revenus?», crie Dabrahim, désespéré. Il faut savoir que  le cas des habitants de Tazekka n’en est qu’un parmi tant d’autres. 
En effet, il est regrettable de constater que  ces invasions   prennent aujourd’hui l’allure d’un véritable fait de société  dans la région. Elles sont de plus en plus fréquentes et occasionnent de conséquents  dégâts dans les biens agricoles des habitants impuissants.
Tous les douars qui se trouvent à proximité de Tafraout en pâtissent tels que Imiyan, Adad, Aguerd et  Ighir entourés  de vergers, pris  d’assaut quotidiennement par les éleveurs citadins. Il faut rappeler que la protection des biens agricoles des citoyens est un droit.  Les dispositions pénales qui punissent les contrevenants sont explicites. Encore faut-il que les autorités compétentes prennent leur responsabilité et procèdent à l’application de la loi.
D’autant plus que  leur passivité ne  fait que dégénérer encore plus la situation pour des agriculteurs sans défense. Aujourd’hui, on parle même des  «maraudeurs», qui mettent main basse sur les bois et fruits des arganiers des villageois, tels que les huiles extraites vendues en plein jour par des marchands ambulants dans les ruelles de la ville.

IDRISS OUCHAGOUR
Lundi 27 Avril 2009

Lu 437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs