Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Table ronde organisée par l’USFP :“La Compensation, réformes et perspectives”


Driss Lachgar : «Le gouvernement a eu recours aux évidences et aux solutions de facilité qui engendrent des répercussions négatives sur le plan social»
Tarek El Malki : «Ce sont les industriels qui tirent le plus profit du système actuel de compensation»



Table ronde organisée par l’USFP :“La Compensation, réformes et perspectives”
Initiée par la sous-commission des affaires économiques  issue de la Commission administrative de l’USFP, une importante table ronde sur la réforme de la Caisse de compensation a eu lieu samedi au siège du parti à Rabat.  
Cette rencontre  est organisée dans le cadre du débat suscité par la problématique de cette Caisse qui constitue aujourd’hui un fardeau pour le budget de l’Etat.
A l’ouverture de cette table ronde, le Premier secrétaire du parti, Driss Lachgar, a mis en garde contre la politique du gouvernement actuel qui accuse un retard considérable dans les réformes politiques, économiques et sociales, ce qui  ne fait qu’aggraver la situation du pays.
Depuis son investiture, il y a de cela deux ans, le gouvernement  a montré  de manière claire son incapacité à mener les grandes réformes et à prendre des initiatives politiques et économiques innovantes, a-t-il tenu à préciser avant d’ajouter que le gouvernement a eu recours aux évidences et aux  solutions de facilité qui engendrent des répercussions négatives sur le plan social.
Il en veut pour preuve, la dernière décision prise, concernant la mise en œuvre du système d’indexation opéré sur les carburants.  Une décision aux conséquences néfastes pour le peuple marocain et qui prouve que le gouvernement prend des mesures unilatérales et superficielles loin de toute vision stratégique, a fait savoir le Premier secrétaire.
Et de se demander si le gouvernement est doté de la volonté de rapatrier des capitaux  se chiffrant en milliards de DH ayant fui le Maroc  et s’il a pris dans ce cadre des décisions pour imposer des sanctions et pénalités à l’égard de ces fraudeurs, lesquelles pourraient renflouer les caisses de l’Etat en vue de faire face à la crise économique.
Tout en soulignant que l’USFP n’est nullement contre les grandes réformes urgentes, particulièrement le système de retraite, la Caisse de compensation et la réforme fiscale, Driss Lachgar a fait savoir que ces réformes ont fait partie, et ce depuis toujours, de l’agenda du parti et de son programme, que ce soit du temps  de l’Alternance ou de l’opposition. Ceci d’autant que l’USFP veille à instaurer un certain équilibre entre toute réforme envisagée et préservation du pouvoir d’achat des citoyens, animé qu’il est, par le souci d’assurer la paix sociale.    
Concernant les amendements du projet de loi de Finances 2014 défendus par l’opposition ittihadie, Lachgar  a déclaré que la prochaine discussion de ce projet à la Chambre des conseillers sera acharnée entre l’opposition et le gouvernement.
Pour sa part, l’économiste Tarek El Malki a donné un aperçu historique de la Caisse de compensation, et ce depuis sa création en 1941, en passant par sa restructuration en 1977, les étapes  essentielles qui ont connu l’élargissement des produits subventionnés, jusqu’à nos jours. Bon nombre de pays dont notamment le Brésil, le Chili, l’Afrique du Sud ont déjà appliqué cette réforme, a-t-il rappelé.
Et de poursuivre que le système actuel  de compensation est injuste et inéquitable du fait qu’il profite largement aux industriels et que son coût constitue un fardeau pour l’Etat.
L’économiste Oussama Telfani a fait part de certaines expériences internationales qui ont affecté au plus haut point le système de compensation, rappelant que 12 pays ont obtenu le résultat escompté, au moment où la réussite de la réforme a concerné 11 pays, alors que l’échec a concerné 5 Etats.
Oussama Telfani a pris comme exemple le modèle brésilien qui a reposé sur le système «Policia familya» qui est un programme de subvention dont la répartition a été exécutée par 5000 communes, ainsi que l’expérience iranienne qui a troqué la subvention des produits contre la subvention des familles.
Pour sa part, Abdelhamid El Fatihi, membre du Bureau politique et secrétaire général adjoint de la FDT, s’est demandé si la réforme du système de compensation émane d’une volonté politique ou d’une volonté de gestion du déficit des équilibres financiers. Et d’ajouter que la mise en œuvre du système de compensation n’est qu’une disposition partielle et non une réforme, sachant que le principal souci était d’alléger le poids de la compensation sur le budget de l’Etat.
Abdelhamid El Fatihi a tenu à souligner que le grand bénéficiaire de cette opération restent les sociétés qui contribuent peu dans les dépenses, alors que la réforme est un effort national nécessitant la contribution de tout le monde.
Dans son intervention, Driss El Fina, professeur à l’Institut national de statistiques et d’économie appliquée, a indiqué qu’il y a peu d’informations et de données. Et de surenchérir qu’il est difficile pour une caisse de pouvoir gérer 50 milliards avec une structure administrative simple et qu’il urge de revoir le mode de gestion de la Caisse de compensation avec fixation des objectifs et d’avoir une vision stratégique de la réforme. Il a, par ailleurs, critiqué le système informatique utilisé à cet effet, prenant comme preuve le rapport présenté au Parlement sur la Caisse de compensation, lequel s’est limité à 16 pages pour analyser une gestion de 50 milliards.
Dans une étude réalisée par Driss El Fina, celui-ci a fait le distingo entre les bénéficiaires de la Caisse de compensation, précisant que le taux des entreprises est de 66%, alors que celui des familles ne dépasse pas les 34%, ajoutant que ce sont des chiffres nouveaux fondés sur une contribution scientifique dont le gouvernement ne dispose pas.

A.R
Lundi 9 Décembre 2013

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs