Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Table ronde organisée à Rabat : La femme marocaine au cœur de la réforme constitutionnelle




Table ronde organisée à Rabat : La femme marocaine au cœur de la réforme constitutionnelle
L’Association « Jossour Forum des femmes marocaines », en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert, a organisé le samedi 14 mai 2011, à la Bibliothèque nationale à Rabat, une table ronde sous le thème «  Leadership des femmes au cœur des réformes au Maroc ».
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’action de l’association en faveur de la promotion des droits des femmes et le renforcement de leur présence dans les postes de décision, et également dans celui d’un processus de réflexion et de débat sur les grandes questions de la condition des femmes pour en apprécier les acquis et proposer un agenda pour une mobilisation futur.
En effet, il apparaît aujourd’hui nécessaire de redéfinir les priorités du mouvement des droits des femmes et ses modes d’intervention pour une grande cohérence avec le nouveau contexte social, économique et surtout politique suite au mouvement actuel pour la liberté, la démocratie et les droits humains.
Marquée par l’intervention d’ouverture de Hanane Fadi, vice-présidente de J.F.F.M, la table ronde a connu un débat fort animé autour de trois axes ciblant l’analyse des avancées et des obstacles en matière d’accès des femmes à la prise de décision par Fouzia Rhissassi, professeur à l’Université Mohammed V de Rabat et Ibn Tofail de Kénitra, responsable de l’UFR en études féminines approche interdisciplinaire à la Faculté des lettres et co-titulaire de la chaire UNESCO.
La constitutionnalisation, mesures et mécanismes susceptibles de promouvoir le leadership féminin dans les domaines économiques et politiques, tel est le thème abordé par Abderrahmane Baniahya, professeur de droit constitutionnel et institutions politiques, suivi par la problématique de la mobilisation des différents acteurs développée par Rhizlaine Benachir, présidente de J.F.F.M.
Dans une note de présentation préparée à cette occasion, il est souligné notamment qu’à la veille de la réforme constitutionnelle, la création de nouveaux mécanismes de consolidation des droits humains, à savoir le CNDH, le Médiateur et le délégué interministériel aux droits de l’Homme, constitue une avancée considérable qui doit elle aussi intégrer l’égalité homme-femme comme principe fondamental des droits humains.
Dans ce sens, et afin de contribuer au débat national qui accompagne ce chantier de réforme, Jossour Forum des femmes marocaines lance un processus de réflexion et de débats pour faire le point sur les acquis, les obstacles auxquels se heurte la citoyenneté des femmes, les défis et les perspectives.
Elle compte ainsi organiser un cycle de tables rondes et un colloque dans l’objectif de dresser un bilan des politiques publiques dans le domaine de l’égalité de genre et de l’amélioration de la participation des femmes au développement social, économique et politique du pays, d’enrichir le débat actuel auquel participent toutes les forces vives de la nation, de redéfinir les priorités et de proposer un agenda en faveur d’une nouvelle dynamique du mouvement des droits des femmes.
Ces rencontres devront également permettre de dresser l’état des lieux au niveau de chaque thématique, d’apprécier les avancées réalisées et identifier et analyser les obstacles persistants, de proposer des recommandations et de les prioriser sous forme de positions à tenir et/ou sujets de mobilisation pour les années à venir. Etant donné le contexte actuel de réforme globale de la Constitution, et par sa volonté de contribuer au débat national à ce sujet, l’association a programmé les tables rondes relatives aux thèmes « Leadership des femmes au cœur des réformes au Maroc » et « Le projet de régionalisation : une opportunité pour les femmes ? » au cours du mois de mai 2011.
Le colloque national qui sera organisé en mars 2012 sera l’occasion de présenter les principaux résultats des travaux des tables rondes sous forme de priorités redéfinies et de recommandations.
Le processus devrait ainsi aboutir à des propositions en faveur d’une plus forte mobilisation autour de la question féminine et à la redéfinition des priorités d’action du mouvement des femmes pour améliorer leur statut et leur permettre l’exercice de leur pleine citoyenneté.

ATAICHE HASSAN
Lundi 16 Mai 2011

Lu 1096 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs