Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Tabadoul” ou l’échange de bons procédés

Une association tangéroise soutient bénévolement les artistes en herbe




«Comment dit-on échange en arabe? », « Tabadoul ». C’est ainsi que nous avons choisi le nom de cette association, déclare Silvia Coarelli.
Mais Tabadoul, c’est quoi ? C’est une association marocaine située à Tanger et un espace consacré à de nombreuses activités.
C’est un espace  d’inspiration, de diversité et de tolérance qui donne la preuve que l’Homme peut toujours trouver un terrain d’entente quand l’art est au rendez-vous, avec une salle réservée tour à tour aux conférences,  aux ateliers de lecture ou encore aux pratiques du savoir. Il n’est jamais trop tard pour la bonne musique, pour un voyage spirituel à travers le monde ou juste pour la créativité et l’innovation.
En outre, les artistes présents en résidence ou bien simplement résidents sur Tanger sont conviés à animer des ateliers afin de transmettre leurs expériences artistiques aux adultes, aux jeunes et aux enfants, et comme on dit toujours aux participants à ces ateliers: "Tabadoul n'est pas une école comme les autres. Ceux qui y enseignent ne sont pas des professeurs dans le sens classique du terme. Ils sont ici pour insuffler aux élèves la passion et l'amour qu'ils vouent à leur art. Ce n’est donc  pas un apprentissage académique, mais il s'agit plutôt de la transmission d'un savoir ancestral qui leur vient de leurs racines et de leurs dons", précise Silvia Coarelli
Ponctuellement, ils organisent, en collaboration avec des associations marocaines et étrangères, des événements qui sortent des murs de Tabadoul et se répandent dans le quartier comme par exemple le Weekend Recyclage, le Street Festival, l'Odyssée des Alternatives (labellisé COP22).
En parallèle,  ses responsables, y compris Silvia Coarelli,  sont en train de développer un "Tabadoul à la campagne" et un Festival écologique : "Le rocher des abeilles"  grâce à la collaboration de l'éco-école de Hajar Nhal et de son directeur qui fait un travail remarquable auprès des enfants et des associations des douars environnants.
Depuis 2015, Tabadoul a mis en place, en collaboration avec Tanjazz et Visa for Music, le Concours jeunes talents Tanjazz "TANJIL" qui,  par un appel à candidature adressé aux jeunes musiciens, résidents sur le territoire marocain, les invite à défendre et à faire entendre leur musique.
Après une première sélection de 10 groupes pour les demi-finales du concours qui se déroulent à Tabadoul, cinq finalistes ont accédé à  la finale leur ouvrant les scènes de la dernière édition du Festival Tanjazz. Un prix du jury et un autre du public ont été décernés lors de cette finale. De plus, cette année, Tanjil a bénéficié de South Med CV 2nd Call, une subvention  financée par l'Union européenne dans le cadre du Projet Med Culture. Ce qui a permis de mettre en place un système de résidence et d'accompagnement à la professionnalisation des jeunes groupes marocains de fusion, de blues et de jazz provenant de tout le Maroc et de développer le  réseau de partenariat régional, national et international.
Concernant tous ces projets et réalisations, l’association connaît des difficultés qui ne sont pas des moindres. « On vient bel et bien de recevoir très ponctuellement le sponsoring d’une agence immobilière. Certes, les frais sont toujours assez lourds à supporter et le loyer très cher sans oublier le paiement des redevances d’électricité, d’eau, de téléphone, nous a avoué Silvia Coarelli en rappelant que son association manque de matériel de sonorisation, de lumière et d'instruments de musique.
Vendredi 19 mai, Tabadoul a encore organisé un  open mic à 5 DH l’entrée, prix pour encourager les jeunes à échanger et, surtout, à s’entraider et  respecter autrui avec toutes ses différences. Les artistes qui animent le show ne sont que des  talents en herbe, des étudiants ou des âmes en quête de refuge au sein de cette association qui constitue un foyer décoré de leurs propres mains et destiné à les soutenir pour que le Maroc s’ouvre davantage à l’art, à la mondialisation, au spectacle et au développement.
Tabadoul n’est donc qu’une association marocaine parmi d’autres qui déploient de grands efforts durant toute l’année, arrachant le petit brin d’espoir qui leur permet d’affronter les différentes formes de crises qui égrènent  leur action. Ce qui interpelle les investisseurs et les mécènes à mieux s’engager pour soutenir  une génération qui croit en l’art et, surtout, en la tolérance.

Nihal Agrouane (Stagiaire)
Mardi 23 Mai 2017

Lu 691 fois


1.Posté par Random Badass le 23/05/2017 21:46 (depuis mobile)
Un article exceptionnelle, Bravo !!

2.Posté par Chokri omaima le 24/05/2017 12:14 (depuis mobile)
Un article intéressant. Good job 💗💗

3.Posté par Salma le 26/05/2017 11:56 (depuis mobile)
Bravo

4.Posté par Sadiq.Y le 28/05/2017 21:24 (depuis mobile)
Felicidad nihal ✌️🌹

5.Posté par imad-eddine le 08/06/2017 14:54 (depuis mobile)
Très bon article ! C est très important d avoir des espace pareil dans notre pays

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs