Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Syrie: au moins 22 civils tués à Hama




Syrie: au moins 22 civils tués à Hama
Au moins 22 civils ont été tués par des tirs des forces de sécurité à Hama, ville du nord de la Syrie, encerclée par l'armée, a affirmé mercredi le chef de l'Organisation nationale des droits de l'Homme Ammar Qorabi.
«Au moins 22 personnes ont été tuées à Hama et plus de 80 ont été blessées, certaines grièvement. Les blessés ont été hospitalisés dans deux hôpitaux à Hama», a indiqué M. Qorabi dans un communiqué.
Les forces de sécurité ont pénétré dans un des hôpitaux, Al-Horani, souligne le communiqué sans autre précision.
«Des habitants de Hama ont fui en grand nombre vers une ville proche al-Salamya et vers la capitale Damas», selon la même source qui parle de «dégradation de la situation sécuritaire, de la poursuite des opérations de perquisitions et d'assassinats et d’arrestations dans cette cité», par les forces de sécurité syriennes.
Théâtre vendredi d'une immense manifestation anti-régime, cette ville de 800.000 habitants, située à 210 km au nord de Damas, est cernée par l'armée qui a déployé des chars à ses portes, ont rapporté des militants des droits de l'Homme.
«Les chars sont postés aux entrées de la ville, à l'exception de l'entrée nord. Les habitants sont mobilisés, ils ont pris la décision de défendre jusqu'à la mort leur ville pour ne pas permettre à l'armée d'y entrer», avait indiqué mardi Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
Lundi, trois personnes, dont un enfant, ont été tuées dans cette cité qui a vu, selon les militants, plus d'un demi-million de personnes descendre dans les rues vendredi pour dénoncer le régime du président Bachar Al-Assad.
Lors de cette manifestation, aucune présence des services de sécurité n'avait été signalée et aucun protestataire n'avait été tué. Le lendemain le gouverneur de la ville avait été limogé par décret présidentiel.
«Les habitants de Hama sont pacifiques à 100%, le régime syrien doit réfléchir à deux fois avant de lancer une opération militaire dans cette ville», avaient indiqué des militants.
Hama est depuis 1982 un symbole historique, après la terrible répression d'une révolte du mouvement interdit des Frères musulmans contre le président Hafez Al-Assad, père de Bachar, qui avait fait 20.000 morts.
Les forces de sécurité syriennes, responsables d'une répression sanglante dans la ville de Tel Kelakh en mai, doivent être poursuivies pour crimes contre l'humanité, estime Amnesty International, mercredi.
L'ONG appelle les Nations unies à saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour la mort de neuf personnes en captivité après leur arrestation dans cette localité proche de la frontière avec le Liban.
 «Amnesty International considère que les crimes commis à Tel Kelakh sont des crimes contre l'humanité car ils apparaissent comme faisant partie d'une attaque de grande ampleur systématique contre la population civile», écrit l'organisation.
Amnesty relate une «opération sécuritaire dévastatrice» au cours de laquelle de nombreux hommes ont été arbitrairement arrêtés et torturés, y compris des personnes déjà blessées, en répression aux manifestations contre le président Bachar Al-Assad.
 «Les récits que nous avons entendus de la part de témoins des événements à Tel Kelakh peignent un tableau profondément inquiétant d'abus systémiques ciblés pour écraser la dissidence», explique Philip Luther, directeur adjoint de l'ONG pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord.
«La plupart des crimes décrits dans ce rapport tombent sous le coup de la juridiction de la Cour pénale internationale. Mais le Conseil de sécurité de l'Onu doit au préalable soumettre la situation en Syrie au procureur de la cour».
Amnesty précise que les manifestations qui ont provoqué la répression à Tel Kalakh étaient pacifiques à l'exception d'un incident survenu le 27 avril quand l'interpellation d'un dignitaire religieux a provoqué des violences qui ont coûté la vie à deux membres des forces de l'ordre. 

AFP et REUTERS
Jeudi 7 Juillet 2011

Lu 261 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs