Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Syrie : Ankara demande des zones tampons à l’Onu, Londres et Paris restent prudents




Syrie : Ankara demande des zones tampons à l’Onu, Londres et Paris restent prudents
La Turquie a demandé jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU la création de zones protégées en Syrie pour retenir les Syriens candidats à l’exil mais cette demande a été accueillie avec réserve par des responsables de l’ONU et par Paris et Londres.
Depuis plusieurs jours déjà, la Turquie, qui fait face à un afflux massif de réfugiés syriens, pousse à la mise en place de telles zones. Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a formellement demandé devant le Conseil la mise en place «sans délai de camps pour personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie». «Il est évident que ces camps devront bénéficier d’une totale protection», a-t-il ajouté.
La Turquie, qui a déjà consacré plus de 300 millions de dollars à accueillir 80.000 réfugiés syriens, «ne peut pas faire face au flot actuel de réfugiés» dont 10.000 attendent à la frontière, a affirmé le ministre. Il a aussi fustigé la paralysie du Conseil dans la crise syrienne depuis 17 mois.
Lors d’une conférence de presse avant cette réunion ministérielle du Conseil présidée par la France, les ministres français et britannique des Affaires étrangères Laurent Fabius et William Hague avaient reconnu que la création de zones tampons poserait d’énormes problèmes.
«En ce qui concerne les zones protégées, nous n’excluons aucune option pour l’avenir», a déclaré M. Hague. Mais «cette idée se heurte à des difficultés considérables». Pour M. Fabius, «tout est sur la table» mais il faut «regarder les réalités»: pour protéger ces zones, il faudrait «des moyens militaires importants» et une résolution de l’ONU afin «d’agir sur la base de la légalité internationale». Or, a ajouté M. Hague, «il y a peu de chances que le Conseil de sécurité donne son aval» en raison de l’opposition résolue de la Russie et de la Chine.
Depuis le début de la crise syrienne, Moscou et Pékin ont mis trois fois leur veto à des résolutions occidentales visant à faire pression sur le régime Assad. Après la réunion, M. Fabius a expliqué que «la notion de zones tampons avait été abordée mais que beaucoup (de pays membres) ont souligné que cela posait un certain nombre de questions».
Pour le Haut commissaire de l’ONU aux réfugiés Antonio Guterres, «l’expérience a montré malheureusement qu’il est rarement possible de fournir une protection et une sécurité efficaces dans de telles zones».
Une allusion implicite au massacre de Srebrenica, en Bosnie en 1995, perpétré dans une enclave officiellement protégée par l’ONU. Selon M. Fabius, il faut d’abord aider les «réseaux de solidarité locaux qui oeuvrent sur le terrain» dans les régions qui sont passées sous le contrôle de l’opposition syrienne, afin de préparer «l’après-Assad».
Il a aussi exigé du gouvernement syrien qu’il laisse les organisations humanitaires «accéder librement à toutes les populations» en Syrie.
En attendant, MM. Fabius et Hague ont annoncé un effort humanitaire supplémentaire: 3 millions de livres (4,75 millions de dollars) du côté britannique et 5 millions d’euros (6,2 millions de dollars) pour la France.
Ils ont tous deux souhaité la tenue rapide d’une réunion sur le financement des agences de l’ONU et une plus grande solidarité envers les pays voisins de la Syrie.
Pour l’instant, un appel de fonds pour les opérations humanitaires de l’ONU en Syrie et dans les camps de réfugiés voisins n’a recueilli que 196 millions de dollars sur les 373 millions souhaités.
Selon l’ONU, il y a aujourd’hui au moins 1,2 million de personnes déplacées en Syrie, et 2,5 millions de personnes affectées par le conflit. 221.000 réfugiés syriens sont recensés dans des camps en Turquie, Jordanie, Liban, et Irak.

AFP
Samedi 1 Septembre 2012

Lu 376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs