Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Suspension des droits de douane et subvention directe d’un milliard de DH : Le prix du pain, un vrai casse-tête




Suspension des droits de douane et subvention directe d’un milliard de DH : Le prix du pain, un vrai casse-tête
Augmentera-t-il ou n’augmentera-t-il pas ? Le prix du pain ne cesse de tarauder les esprits malgré les différentes décisions prises par le gouvernement. Particulièrement celle ayant trait à la suspension des droits de douane sur le blé du 1er octobre au 31 décembre 2012 et le déblocage d’une enveloppe d’un milliard de dirhams  pour subventionner le prix de ce produit. Cette dernière mesure, annoncée jeudi dernier à la presse, sans autre commentaire, par le ministre de la Communication à l’issue de la réunion du Conseil du gouvernement a fait suite au démenti opposé aux rumeurs selon lesquelles le prix du pain pourrait être augmenté.  L’Exécutif a également rappelé dans ce sens que le contrat-programme signé avec la Fédération des boulangers stipulait que le «prix du pain doit rester inchangé» entre 2011 et 2014. Selon une source gouvernementale citée par l’AFP sous le couvert de l’anonymat, il s’agirait d’un «engagement et il n’y a aucune raison qu’il soit augmenté tant que le prix de la farine sortie des moulins ne change pas et que l’Etat ne l’a pas augmenté». Le prix de la farine est «réglementé» et même s’il y avait une «augmentation sur le marché international, l’Etat marocain interviendrait en subventionnant la différence», a précisé la même source.
Il n’en demeure pas moins que c’est dans un marché international incertain que le Maroc, dont la production a enregistré l’année dernière une baisse de 35% par rapport à une année normale, s’est trouvé contraint de faire ses emplettes en important 59 millions de quintaux de céréales au cours de la campagne de commercialisation 2011-2012, qui s’est terminée à la fin du mois de mai dernier.
Dans la même perspective, l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL) a lancé jeudi 27 septembre un appel d’offres pour l’achat de 185.000 tonnes de blé tendre provenant de la récolte locale.
Afin d’éviter toute tension au niveau des prix de vente sur le marché local, l’ONICL a également suspendu les droits d’importation sur le blé et l’orge à partir du 1er août jusqu’à fin décembre 2012, mais cette subvention indirecte a des limites. D’où la mise sur la table de la subvention directe fixée à un milliard de dirhams.
En cas de forte augmentation des cours mondiaux, ces décisions risquent néanmoins de faire l’effet d’un cautère sur une jambe de bois d’autant plus malvenu que le Plan Maroc Vert semble avoir relégué au rang de vœux pieux le concept de sécurité alimentaire afférent à ces denrées stratégiques que sont les céréales. Le Maroc, qui fut exportateur jusque dans les années soixante, ne semble plus avoir  aujourd’hui la volonté politique de mettre en place les plans et moyens adéquats pour résorber son déficit en blé et, du coup, disposer d’un pouvoir de négociation dans la géopolitique de l’alimentation.
Le Maroc couvre actuellement quelque 55 à 65 % de ses besoins en année normale et si sa productivité ne s’améliore pas radicalement, son taux de couverture des besoins céréaliers sera inférieur à 40% en 2020. Un taux qui continuera à décroître jusqu’à ce que la population se stabilise plus ou moins vers le milieu du siècle. Selon certaines statistiques, le ratio de dépendance en céréales au cours des années 90 est passé  de 26% à 73% en 2000.  De plus, le Maroc fait partie des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée qui captent 12% des importations mondiales de céréales alors qu’ils ne représentent aujourd’hui que 4% de la population du monde.
Depuis le début des années 60, les importations nettes céréalières ont été multipliées par 20 au Maroc et les projections les plus optimistes indiquent que ces importations devraient continuer de croître dans les années à venir.  Une situation à laquelle sa stratégie actuelle prévoit de faire baisser de 22% les superficies qui seront dédiées à la céréaliculture en l’an 2020 en espérant voir la production suivre une courbe contraire et passer de 53 millions de quintaux actuellement à 76 en cette même année, moyennant l’injection de quelque 11 milliards de DH.
Une simple vue d’esprit, selon les agriculteurs concernés et particulièrement les plus petits d’entre eux. Ces derniers s’attendent donc à des temps de plus en plus difficiles et risquent de se retrouver contraints de choisir la voie de l’exode rural alors que les citadins devraient obérer davantage leurs maigres budgets pour avoir l’heur de manger leur pain quotidien.
A en croire le patron du Conseil de la concurrence, Abdelali Benamor, il est, en effet, injuste que tout le monde achète la baguette de pain à 1,20 DH et il vaudrait mieux penser à une subvention directe des couches démunies qui permettra à l’Etat d’économiser, à peu près, 18 milliards de DH. Pour quel coût social ? Tous les exemples pris dans le passé proche ou lointain démontrent que celui-ci risquerait d’être très lourd.
Prix du pain et stabilité sociale semblent intimement liés. Sans aller jusqu’à rappeler cette boutade du Maréchal Lyautey selon laquelle «au Maroc, gouverner, c’est pleuvoir » afin que le blé lève et que les tensions sociales baissent, plusieurs émeutes du pain ont caractérisé le passé proche.
Les  manifestations populaires survenues dans la ville de Sefrou en septembre 2007 étaient, en effet, sous-tendues par une flambée des prix du pain. Elles avaient fait 300 blessés, dont 22 dans un état grave et poussé le gouvernement à annuler l’augmentation déclarée unilatéralement par le Syndicat national unifié des patrons boulangers et pâtissiers du Maroc.
Idem en 1981, année au cours de laquelle le gouvernement avait procédé à une augmentation de 30% du prix du pain provoquant ainsi les émeutes les plus sanglantes de l’histoire de la ville de Casablanca et faisant plusieurs centaines de morts.
Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et la loi sur la liberté des prix et la concurrence est venue mettre de l’eau au moulin de tous ceux qui voulaient voir le prix du pain changer. Il l’a fait à l’exception de celui fabriqué à partir du blé local ou subventionné. Une situation que le dernier rapport du Conseil de la concurrence a éventée en rappelant que ces farines servent aussi à fabriquer du pain à prix non-soutenu. Des produits qui remplacent doucement, mais sûrement, le pain subventionné sur les étals des boulangeries. Alors, le prix du pain va-t-il augmenter ou non ? Pour certaines catégories de pain, la question ne se pose plus puisque leurs prix ont pris l’ascenseur depuis belle lurette, pour les autres, elle demeure en suspens.

Mohammed Taleb
Samedi 29 Septembre 2012

Lu 1090 fois


1.Posté par Mohamed Feguigui le 29/09/2012 19:04
Les chiffres annoncés dans l'articles sont importants et doivent pousser le gouvernement à réfléchir en d'autres termes que les subventions à coups de Milliards. Quand le feu prend dans une pièce d'un immeuble, on ne va pas inonder la ville pour l'éteindre. Comme pour les les carburants, le bonbonnes de gaz, et toutes les denrées bénéficiant de subsides de la Caisse de Compensation, les plus nantis bénéficient très largement plus que les couches les plus démunies de la population, le phénomène se vérifie bien évidemment avec le pain aussi. Il y a un travail gigantesque (minutieux et judicieux) à faire dans le recensement de la population pour arriver à une classification par catégorie (importance) de revenus afin de déterminer la catégorie qui pourra bénéficier d'une aide matérielle en dirham sonnant et trébuchant en supprimant purement et simplement la Caisse de Compensation. Une fois ce travail de sélection des bénéficiaires des aides sociales (style RAMED) terminé, il faudra continuellement le peaufiner par ce que nous auront apprises les expériences de sa pratique. Cela étant, il faudra garder un regard permanent sur d'éventuelles hausses inexpliquées des prix mais là, ce serait du ressort de la "protection du consommateur" . Il est vrai que ce travail pourrait paraître long et fastidieux mais, il est indispensable et juste, c'est un investissement pour tous les gouvernements, actuel et futurs au plus tôt on le commence au plus tôt on en bénéficie. Il faut intervenir pour aider les nécessiteux pas les opulents, on ne va pas éclairer le soleil!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs