Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Surexploitation des gisements de moules : Le braconnage du littoral menace l'écosystème marin




Surexploitation des gisements de moules : Le braconnage du littoral menace l'écosystème marin
Des milliers de chômeurs foncent chaque matin sur le littoral atlantique en particulier entre Rabat et Casablanca pour collecter des tonnes de moules, une surexploitation qui menace l'écosystème marin de cette région très urbanisée.
Ces chômeurs venant des bidonvilles scrutent chaque jour la mer et attendent la marée basse au petit matin. Leur but: s'attaquer à la végétation marine et plus particulièrement aux moules.
Accrochés en bord de mer, les moules sont collectées à l'aide de petites barres de fer par cette armée de pêcheurs illégaux qui envahissent quotidiennement les côtes au vu et au su des autorités censées pourtant veiller sur la protection de l'écosystème marin.
Ces braconniers s'activent en toute impunité, les autorités fermant les yeux sur cette activité qui menace gravement l'écosystème marin.
«Nous ne pouvons pas arrêter cette activité informelle car nous n'avons rien à proposer en contrepartie à ces pêcheurs», a indiqué à l'AFP une source de la commune de Harhoura, station balnéaire proche de Rabat.
Les moules contribuent pourtant à préserver l'environnement marin. Elles filtrent certains organismes aquatiques, épurent l'eau en fixant des métaux sur leurs coquilles et améliorent l'offre en plancton pour les poissons et la flore marine.
Les côtes et les rochers au sud de Rabat «sont passés au peigne fin quotidiennement à l'image d'un crâne rasé», selon les termes d'une ONG environnementale.
Chaque pêcheur recueille environ 200 kg de moules qu'il revend au consommateur, une fois décortiquées, à 50 dirhams le kg. Le braconnier gagne ainsi entre 100 et 150 dirhams par jour.
Le nombre de ces pêcheurs qui évoluent quotidiennement entre Rabat et Bouznika n'est pas comptabilisé officiellement par les autorités mais selon une source à la préfecture de Rabat, il s'élèverait à plus de 2.000 personnes. En saison basse, leur nombre diminue de moitié.
Contacté par l'AFP, le service de presse de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement n'a pas été en mesure de commenter la question de cette «surexploitation» des gisements de moules.
En été, l'armée de braconniers évolue par petits groupes. Elle est visible aussi bien le long des côtes que sur les routes où elle expose parfois sous un soleil torride la vente des collectes de moules.
«Une longue exposition des moules au soleil altère ce produit et peut être un danger pour la santé du consommateur», affirme à l'AFP le médecin Abdelaziz Ben Ameur de Rabat.
Prisée par les Marocains, la moule est consommée sous forme de tajines ou marinée à l'oignon et au citron.
Brahim Touil, braconnier connu à Témara, défend son activité en affirmant que grâce à elle il nourrit sept personnes.
«Si on essaie de m'empêcher de collecter les moules, je me battrai jusqu'à la mort», assène-t-il auprès de l'AFP.
Selon l'Institut national des ressources halieutiques, «l'exploitation des ressources du littoral est soumise à une réglementation et à une autorisation».
«Les règles de la collecte des moules doivent être respectées», malheureusement elles «ne le sont pas», a déclaré à l'AFP le directeur de cet institut, Mustapha Faïk.

AFP
Mercredi 22 Août 2012

Lu 529 fois


1.Posté par SATA le 24/08/2012 18:03
Merci pour votre intéressant article. Existe-t-il au Maroc un quelconque organisme ou projet pour dresser un sérieux états des lieux du littoral. En cette période estivale, la surexploitation de certaines côtes touristiques, en dehors de toutes réglementations, est dangereuse pour leur avenir. Sacs, bouteilles,les belles plages sont défigurées par tous types de déchets (y compris des constructions de fortune). A quand le réveil de la conscience environnementale? la préservation de l'environnement est pourvoyeuse de nombreux métiers et débouchés. Sortir des sentiers battus, de la fatalité et innover de nouvelles voies de développements compatibles avec l'avenir de notre pays, voilà probablement une ébauche des décisions à prendre contre la dérive anti- environnementale actuelle.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs