Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Surenchère organisée des islamistes du PJD




La télévision, un enjeu de pouvoir

La menace de la rue est brandie.  Des pétitions  sous forme de «black list» circulent. Les accusations fusent.  Les éditoriaux incendiaires sont désormais quotidiens.  La saison de la chasse (aux sorcières) est désormais ouverte. Sur Facebook, la section tangéroise du parti d’Abdelilah Benkirane, le chef de gouvernement, a mis en ligne une pétition réclamant le départ de Fayssal Laaraïchi, le Pdg du pôle public, et de Salim Cheikh, le directeur général de 2M. A lui seul  le titre -«tous contre Fayssal Laaraïchi et Salim Cheikh»- est évocateur. «Attention, la pensée unique est parmi nous! On ne discute pas, on ne débat pas, on ne s’exprime pas avec ces gens-là qui pourtant ont toujours mis en avant la démocratie interne dans leur famille politique. Les islamistes du PJD ne défendent qu’une seule liberté, la leur. On renie tout simplement le droit aux responsables des médias publics de s’exprimer sur des cahiers des charges dans l’élaboration desquels ils n’ont pas été associés et qu’ils leur sont aujourd’hui imposés», commente un ténor de l’Union socialiste des forces populaires.
Une figure en vue du PJD, M. Bouano, menace et en appelle à la rue pour trancher le débat suscité par des cahiers des charges qui posent les premiers jalons d’un modèle de société en contradiction avec les valeurs et les principes portés par la Constitution. «Nous sommes prêts à descendre dans la rue, à organiser des marches et tout ce qu’ils veulent», a-t-il déclaré à un quotidien de la place. «Ce n’est plus un cahier des charges. C’est véritablement une croisade qui est menée. Que le parti majoritaire dont le leader conduit le gouvernement veuille utiliser la rue  comme moyen de pression est aussi grave que dangereux. Tout cela rappelle le plan d’action en faveur des femmes que le PJD avait âprement combattu pour renier les Marocaines dans leurs droits de citoyennes. Ils avaient là encore tenté de mobiliser la rue pour dresser les citoyens de ce pays les uns contre les autres. La suite, on la connaît. Aujourd’hui, le PJD a oublié un seul détail : il est au pouvoir et non pas à l’opposition», rappelle ce militant dont le cœur bat à gauche.
Alors que les réactions aux cahiers des charges de véritables grilles des programmes qui remettent en cause les principes d’ouverture, de pluralisme et de diversité qui sont la marque de fabrique du Maroc- foisonnent un peu partout, «Attajdid», le journal porte-parole des islamistes du gouvernement, mobilise sa rédaction pour la riposte. «Campagne orchestrée contre El Khalfi», «les ennemis de l’identité et de la légitimité constitutionnelle», «qui refuse l’arabe et les appels à la prière dans les médias publics?», «le lobby francophone»…. Bref, en lieu et place d’une contribution au débat, arguments contre arguments, le bras médiatique du PJD accuse, charge, calomnie. «En nous accusant d’être francophones ou laïcs ne règle pas le problème qui se pose aujourd’hui à la télévision», déclarait Samira Sitaïl dans une longue interview parue vendredi  20 avril sur les  colonnes d’Al Ahdath Al Maghribya» et dans laquelle la directrice générale adjointe de 2M s’inquiète de «la mort programmée de 2M».
 Les cahiers des charges de la SNRT et 2M, élaborés par le ministre de la Communication ont eu moins le mérite  de confirmer que les islamistes du PJD ne sont pas des adeptes du débat démocratique.
La chasse aux sorcières va-t-elle commencer ?
«Si tu n’es pas d’accord avec moi, cela ne signifie qu’une seule chose : tu es contre moi. Cela a toujours été  la devise du PJD. Il y a un glissement qui s’opère à présent. Cette devise risque de devenir un mode de gouvernance. Après le sectarisme et l’exclusion, place sera faite à la chasse aux sorcières», s’inquiète une défenseure des droits des femmes.
L’entreprise est pour l’heure drapée de politique et de réformes.  Après avoir agi seul  et sans concertation pour capitaliser sur le front électoral, le PJD appelle  aujourd’hui à la rescousse ses partenaires de la coalition sur le mode de «qui a peur des réformes?».  La question est fédératrice parce qu’elle gargarise les troupes. Benkirane demande désormais à ses alliés de serrer les coudes pour contrer « les poches de résistance» et «les ennemis de la démocratie». La volte-face du PPS  ne devrait pas surprendre : les anciens communistes y trouvent argument pour justifier leur adhésion à un gouvernement conservateur. Jeudi sur Atlantic radio, le ministre PPS de la Culture, Amine Sbihi, volait au secours de son collègue de la Communication en affirmant haut et fort que «les cahiers des charges ne remettaient pas en cause l’option démocratique du pays». «Je ne comprends pas un tel débat», a-t-il même lâché.
«Le procédé est facile. On sort le gros argument du complot et des résistances à l’action gouvernementale pour faire passer à la trappe la question essentielle suscitée par les cahiers des charges de M. El Khalfi, celle de l’indépendance des médias publics à l’égard du politique. C’est ce débat que le PJD ne veut pas engager parce qu’il y a volonté manifeste de contrôler les télévisions publiques et de les formater en y bannissant par exemple l’ouverture, la diversité, le divertissement, bref tout ce qui peut incarner la modernité», fait valoir cet homme de médias.
A l’évidence, les islamistes du gouvernement ont –depuis le début fait  de la télévision un enjeu de pouvoir.  «Ils ont bien compris qu’ils bénéficiaient du délai de grâce qu’offrent leur 100 jours au gouvernement pour prendre les télévisions publiques où leur image se joue et marquer leur territoire. La  priorité des priorités du ministre de la Communication a été dès lors l’élaboration dans l’urgence de nouveaux cahiers des charges de la SNRT et de 2M. Soyons sérieux, ces cahiers des charges ne sont pas une simple affaire technique et encore moins gouvernementale. Le PJD essaie de faire les télévisions et les radios dont il a toujours rêvé, c'est-à-dire conforme au modèle de société qu’il défend même si tout cela est drapé d’une fausse  constitutionnalité,» conclut ce député de l’Union socialiste des forces populaires.

Narjis Rerhaye
Vendredi 20 Avril 2012

Lu 678 fois


1.Posté par indidicare le 22/04/2012 11:29
Le PJD BENK est un parti fasciste qui s'appuie sur les masses ingniares,il brandit la religion comme s'il conteste notre appartenance à l'islam ,c'est le début de la jahilia où veulent nous conduire les barbus fanatiques .L'union des démocrates est vitale pour empecher les barbus de nous enterrrer vivants !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs