Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sur une île polluée de Rio, un écologiste brésilien rêve de miracle




Alors qu'il marche au milieu des ordures et d'un dépôt pétrolier abandonnés sur une petite île de la baie  polluée de Rio, l'écologiste brésilien Sergio Ricardo arrive à une conclusion inattendue : "C'est un miracle !" Le miracle semble pourtant être loin. Mais si Ricardo et d'autres militants  écologistes réussissent, la petite île déserte "Ilha Seca" deviendra le symbole  d'un effort épique pour sauver de la destruction l'une des baies les plus  photogéniques du monde.
Ricardo a décidé de transformer l'île, un dépôt de carburant abandonné par  la compagnie pétrolière Texaco il y a plus d'un demi-siècle, en une version  marine du jardin d'Eden. Les poissons y seront élevés dans de grandes cuves  d'eau de mer pour repeupler la baie. Les universités y mèneront des recherches.  Les pêcheurs artisanaux enseigneront leur art. Et les habitants de Rio  viendront jouir d'une baie différente de ce qu'elle est aujourd'hui : un dépôt  d'ordures et un siège de l'industrie pétrolière. "Le gouvernement laisse croire que la baie de Guanabara (ou Rio) est morte  et qu'elle devrait être destinée à des usages industriels, mais notre but est  de prouver le contraire", déclare Ricardo, 47 ans, lors d'une récente visite  avec des représentants d'ONG et d'autres personnes enthousiastes à l'égard de  son projet.
Sacs et bouteilles en plastique, jouets cassés, carcasses de voitures ou  vieux meubles, les côtes sablonneuses de Ilha Seca reflètent ce que les  écologistes décrivent comme la destruction apocalyptique de la baie.
Perdues dans la jungle, on voit une douzaine de maisons en ruines et des  hangars que Texaco utilisait comme dépôts.
Dans toute la baie, les eaux usées pleines d'excréments humains entourent  les installations modernes et les navires de Petrobras et autres compagnies  pétrolières.
Sous une telle pression, la petite île semble être une cause perdue. Mais  Ricardo, qui arbore une petite boucle d'oreille et une queue de cheval, semble  ignorer les causes perdues. A la base de son "miracle" se trouvent les structures abandonnées de Texaco, comme un réservoir d'essence qui servira à élever des crevettes, des  mulets, des maigres, des bars, espèces qui se vendent bien et natives de la  baie.
"Ici, ce sera le plus grand des réservoirs de poissons", déclare Ricardo,  en montrant les fondations des structures où la végétation a repris ses droits.  "Nous pouvons avoir des milliers, des dizaines de milliers de poissons là-dedans." Plus loin, indiquant un ensemble de murs sans toit, dégagés de la végétation tropicale, il ajoute fièrement : "Cette maison pourra être un  dortoir pour les pêcheurs ou une école pour leurs enfants".

Lundi 23 Novembre 2015

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs