Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sur les traces de Harry Potter à Porto, ville qui a inspiré J.K. Rowling




Le temps semble s'être arrêté à la librairie Lello, dans le centre historique de Porto. Ce temple de la littérature plus que centenaire à la façade néogothique plonge le visiteur dans un univers magique qui paraît tout droit sorti d'un livre de Harry Potter. Pour les fans du célèbre apprenti-sorcier, il n'y a pas de doute: c'est ici que la romancière anglaise J. K. Rowling, qui a vécu dans cette grande ville du nord du Portugal au début des années 90, a puisé une partie de son inspiration pour sa saga best-seller en sept tomes.
Boiseries sculptées, vitraux bleu, rouge et or, rayonnages regorgeant de livres du sol au plafond: "Ouah! C'est fou comme ça ressemble à Harry Potter!", s'exclame Ines Pinto, 11 ans, qui se précipite, les yeux étincelants, sur la pile de livres du magicien disposée à l'entrée du magasin. "Pour moi, c'est l'image même de la librairie Fleury et Bott où les jeunes sorciers achètent leurs manuels de magie", renchérit Nerea Moyeno, une touriste espagnole de 24 ans. Alors que la première mondiale de la pièce "Harry Potter et l'enfant maudit", qui met en scène le sorcier en père de famille, aura lieu ce samedi à Londres, Nerea guette la sortie du script: "Si la version espagnole tarde trop, je vais l'acheter en anglais", promet-elle.
Plusieurs milliers de fans sont attendus ce week-end à Porto pour participer à la fête organisée pour l'occasion par la librairie, assure à l'AFP José Manuel Lello, 59 ans, arrière-petit-fils d'un des deux frères fondateurs qui a commandé 5.000 exemplaires du nouveau récit.
"Harry Potter, c'est un mythe qui nous sert très bien", reconnaît-il. Alors que depuis un an les visiteurs doivent payer l'entrée trois euros, déductible de l'achat d'un livre, les ventes ont explosé de plus de 300%. Objectif: "réguler l'afflux de touristes", plus de 3.000 par jour, et "les transformer en lecteurs".
Autant d'argent qui a permis de gros travaux de rénovation, achevés à temps pour la grande fête de samedi. "On retrouvera l'ambiance d'il y a 110 ans", lors de la fondation de la librairie, en lui redonnant ses couleurs d'origine, explique M. Lello.
L'échafaudage qui cache depuis avril la vue sur l'imposant double escalier en bois sculpté aux marches écarlates sera alors retiré. Même si cet escalier n'est pas mouvant comme ceux de l'école de sorcellerie Poudlard, il marque les esprits par sa ressemblance avec le décor de Harry Potter.
Fidèle cliente de Lello, alors qu'elle enseignait, de 1991 à 1993, l'anglais dans un institut de langues, Joanne Kathleen Rowling fréquentait aussi avec assiduité le Café Majestic, haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle de Porto.
Assise à l'une des tables basses en marbre blanc sous les lustres Belle époque, elle y écrivait une partie du premier tome de son oeuvre, "Harry Potter à l'école des sorciers".
Mais elle n'était alors qu'une cliente parmi d'autres. Ce n'est qu'après coup, une fois que ses livres ont commencé à connaître, à partir de 1997, un succès planétaire, que les vendeurs de Lello et les serveurs du Majestic ont fait le lien. "Des touristes nous ont suggéré de mettre une plaque pour marquer le passage de l'auteur, mais nous ne savons pas encore où la mettre", confie Fernando Barrias, fils du propriétaire du café légendaire qui a compté parmi ses clients l'actrice Romy Schneider et l'écrivaine Anna Gavalda.
"Oui, nous avions l'habitude de nous rendre au Café Majestic", confirme à l'AFP l'ancien mari de J. K. Rowling, le journaliste portugais Jorge Arantes, qui habite toujours la maison marron et vert où avait emménagé le couple après son mariage en 1992.
Très discret, il fuit les interviews. D'autant qu'après une dispute il avait mis son épouse à la porte en novembre 1993, en pleine nuit. Deux semaines plus tard, Joanne, alors âgée de 28 ans, quitte définitivement le Portugal, emmenant son bébé de quatre mois. "J'avais espéré qu'en rentrant du Portugal, j'aurais un livre fini sous le bras. En fait, j'ai eu quelque chose d'encore mieux: ma fille Jessica", écrira-t-elle plus tard sur son site officiel.
Plus de 20 ans après son départ, Bruno Correia fait découvrir aux visiteurs les lieux de Porto qui auraient inspiré la romancière.
Un jeu de piste qui les conduit d'une tour semblable à celle où meurt Albus Dumbledore, le directeur de Poudlard, aux jardins du Palais de Cristal qui rappellent la Forêt interdite, en passant par l'université où déambulent les étudiants, capes noires sur les épaules, leur uniforme traditionnel.
"Leurs tenues ressemblent beaucoup à celles des jeunes sorciers", raconte le guide de 33 ans, lui-meme fan depuis son adolescence. "Les touristes les appellent même les +Harry Potter+".

Libé
Lundi 1 Août 2016

Lu 1106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs