Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sur initiative de l’Institut français de Casablanca : La fabrique des abattoirs rend un vibrant hommage à l’art d’Al Aita




La fabrique culturelle des abattoirs organise un événement complètement dédié aux Chikhates. Une façon de rendre hommage à une expression artistique authentique dont les chants continuent à vibrer depuis quelque neuf siècles. Intitulé «L’appel des Chikhates», cette manifestation qui aura lieu les 19 et 20 décembre replace la fabrique des abattoirs dans le contexte du patrimoine, sachant que ce même patrimoine est exploité de temps à autre par les jeunes formations musicales qui évoluent dans la nouvelle scène, dont notamment le groupe « Mazagan » qui a  fait des mélodies des Chikhates la toile de fond de sa musique, une tentative au demeurant assez réussie. Le chant des Chikhates nous renvoie aux plaines, puisque c’est à partir de ces contrées, la Chaouia, Doukkala, Abda et Al Haouz, entre autres, que l’on appelait soit à la résistance contre des envahisseurs, soit à la célébration d’une bonne moisson ou encore la commémoration d’un événement tragique. Et puisque les plaines ne manquent pas au Maroc, le nombre des Aitas, du moins celles qui ont survécu, est de neuf Aitas. Il existe, en effet, la Aita Marsaouiya, celle qui s’est déplacée vers le littoral, notamment après l’arrivée des Français au Maroc, la Aita Haouzia, la Aita Abdia, la Aita  Jeblia, la Aita des Zaer, la Aita Mellalia, etc.
Aussi, chacune de ces Aitas dipose de son propre répertoire bien que certains succès se sont déplacés au fil du temps d’une région à l’autre au point que l’on ne connaît pas sa véritable origine. C’est le cas de Kharboucha notamment que se disputent les Marsaouis et les Abdis alors que certains titres continuent de nos jours à revendiquer fort leur appartenance comme « Achoujaâne » de Béni Mellal et « Hajti fi Guerini », une Aita abdia qui constitue même de nos jours un véritable test pour celles et ceux qui veulent apprendre à chanter chikhates.
Selon les chercheurs, jamais la Aita n’a été mal vue ou mal considérée jusqu’à ce que les autorités du Protectorat aient voulu à tout prix nuire à l’image de cette musique et à celle des femmes qui la chantent.
Au contraire, ils sont unanimes à relever que les Chikhates étaient des nationalistes de la première heure et ont toujours défendu le pays aussi bien contre l’occupation que contre les dictateurs et les potentats, pachas, caids et autres, qui faisaient preuve d’abus de pouvoir comme c’était le cas avec Kharboucha, un personnage réel qui a dénoncé haut et fort la dictature du caid Aissa Ben Omar. Aussi, la Aita va-t-elle toujours de pair avec à la fantasia, une autre expression de notre patrimoine culturel et civilisationnel qui suscite regain d’intérêt aussi fort que bénéfique.
L’événement de la fabrique des abattoirs prévoit du cinéma, des débats, de la chorégraphie, tout cela pour donner toute la mesure à cet hommage rendu aux Chikhates et qui ne peut être que bienvenu.

L
Samedi 19 Décembre 2009

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs