Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Suite au raid meurtrier à la frontière : L'Egypte juge les regrets d'Israël insuffisants




L'Egypte a jugé insuffisants dimanche les regrets exprimés par Israël après la mort jeudi de cinq policiers égyptiens à la frontière entre les deux pays tout en saluant l'ouverture d'une enquête conjointe sur cet incident qui a suscité un regain de tension dans la région. Les cinq policiers ont été tués alors que l'armée israélienne pourchassait des hommes armés soupçonnés d'avoir perpétré les attaques d'Eilat qui ont fait huit victimes côté israélien jeudi. L'Etat hébreu a imputé cette série d'attaques aux Comités de résistance populaire (CRP), un groupe armé de la Bande de Gaza, et a affirmé que les activistes avaient traversé le désert égyptien du Sinaï.Pour protester contre le raid meurtrier de Tsahal, le Caire a annoncé samedi son intention de rappeler son ambassadeur en Israël, considérant que la mort des cinq Egyptiens constituait une atteinte au traité de paix bilatéral de 1979. C'est la seconde fois que Le Caire procède au rappel de son représentant à Tel Aviv. Le précédent date de 2000 lorsqu'Israël avait procédé à d'intenses bombardements sur la Bande de Gaza. Le gouvernement égyptien a également convoqué le chargé d'affaires israélien au Caire pour demander des excuses et réclamer la mise en place d'une enquête conjointe.
Tentant de désamorcer les tensions, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a exprimé samedi ses regrets et a indiqué avoir chargé Tsahal d'ouvrir une enquête commune avec les autorités égyptiennes. "Le gouvernement égyptien estime que l'accord sur une enquête conjointe sur les circonstances de l'incident est une étape fondamentale pour empêcher que de tels incidents se reproduisent à l'avenir alors que le sang égyptien est cher et le gouvernement n'acceptera pas que le sang égyptien soit versé pour rien", rapporte l'agence de presse officielle Mena. La coopération israélienne "est positive en surface mais elle n'est pas à la mesure de l'importance de l'incident et de la colère des Egyptiens face aux actions israéliennes", poursuit l'agence qui cite un communiqué du gouvernement égyptien. "L'Egypte tient à la paix avec Israël, Tel Aviv devrait également assumer ses responsabilités pour protéger cette paix." Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir en Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak le 11 février, tient une réunion de crise quotidienne depuis vendredi. Côté israélien, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a entamé des consultations avec ses ministres à propos de cette crise, a dit une source anonyme israélienne. Des centaines d'Egyptiens ont continué à manifester devant l'ambassade israélienne au Caire. Un manifestant a brûlé le drapeau d'Israël pour le remplacer par celui de l'Egypte, a rapporté un journaliste de Reuters.

Libé
Lundi 22 Août 2011

Lu 498 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs