Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Suite au décès de son époux : Khadija Louriki intente un procès au gouvernement Benkirane




Suite au décès de son époux : Khadija Louriki intente un procès au gouvernement Benkirane
Peut-on montrer du doigt la seule fatalité comme unique cause de décès du ressortissant français Eric Magnan ? Sûrement pas d’après  les faits relatés par son épouse. Dans une lettre adressée au journal, madame Khadija Louriki rappelle que son mari était ce jour-là au volant de sa voiture en compagnie de deux de ses filles âgées respectivement de 6 et 9 ans quand sa voiture a heurté, dans des circonstances qui restent toujours à déterminer, la glissière séparant les deux voies de l’autoroute près de Kénitra. Avisée de l’accident, elle les a aussitôt rejoints avec leurs deux filles, des jumelles de 15 ans. Une fois sur place, elle a, en vain, appelé au secours avant de se trouver obligée de tenter de sauver son époux par les moyens du bord. Autrement dit, pas grand-chose. Une ambulance, dans un état d’indigence manifeste du point de vue équipement, a fini par arriver sur les lieux, avec pas moins d’une heure et demie de retard,. Quand l’épouse et les  deux filles sont arrivées à l’hôpital de Kénitra où Eric Magnan a été admis, c’était pour se voir infligées la triste nouvelle de son décès. Le P.V  de la gendarmerie a le mérite de mentionner que le défunt n’avait pas bénéficié des secours nécessaires. La responsabilité des services de la Protection civile, du ministère de la Santé est, on ne peut plus, manifeste. Et ce n’est pas le rapport médical incombant le décès  à quelque cause imprévue qui changera les faits. Comme le soutient Khadija Louriki, la négligence est là. La responsabilité des autoroutes du Maroc, comme celle des secteurs et départements concernés, est là aussi, et surtout celle du gouvernement marocain, sensé garantir la sécurité de tous, est à coup sûr, engagée. C’est ce qui justifie le procès intenté au gouvernement Benkirane par la veuve d’Eric Magnan dont les quatre filles sont toujours sous le choc.

Libé
Vendredi 21 Septembre 2012

Lu 1295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs