Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sucre : les effets méconnus d’un irrésistible poison

La santé, c’est la prévention




Cette poudre blanche-là est parfaitement légale. Consommée avec une très grande modération, dans un régime sain, elle ferait peu de dégâts. Hélas, à raison de plusieurs kilos par habitant et par an, le sucre favorise de nombreuses maladies. Caries, diabète ? Certes. Mais des chercheurs le relient aussi aux troubles cardio-vasculaires, à l’ostéoporose, à l’entretien des inflammations intestinales, à la baisse immunitaire, au cancer.
Mais de quels sucres parle-t-on ?
La plus grande confusion règne. Elle vient sans doute du fait qu’en médecine on parle de « sucre » pour désigner le glucose. « Nos cellules ont besoin de sucre », affirment médecins et diététiciens. Oui, mais la ménagère comprend « sucre blanc » : elle prépare alors de délicieux gâteaux à son mari ou ses enfants afin qu’ils aient « plus d’énergie »… et ne fait qu’aggraver leur pré-diabète! Les fabricants, ainsi que les puissantes agences chargées de promouvoir le sucre ont, quant à eux, tout intérêt à entretenir cette confusion et à en minimiser les effets.
De fait, le glucose (et non pas le sucre) est le carburant qui permet à nos cellules de produire de l’énergie – les muscles et le cerveau, notamment, consomment beaucoup de glucose. Le glucose provient des glucides que nous ingérons. Ces glucides, qui devraient constituer 55 à 60 % de notre ration quotidienne, sont les principaux constituants des aliments suivants : légumes, algues (de mer et d’eau douce), fruits, céréales complètes (riz non poli, blé complet, etc.) et légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches, haricots...). Notre organisme n’a pas besoin d’autres glucides ni d’autres «sucres» que de ceux-là.
Pour le plaisir, on s’est toujours régalé avec quelques aliments très sucrés, dont la rareté faisait la valeur : jus de canne, sirop d’agave, miel… La demande a augmenté au XVIe siècle, suite aux grands voyages outre-Atlantique.
La culture intensive de canne a connu son essor grâce, surtout, à l’esclavage des Noirs en Amérique – amer héritage ! La suite : culture de la betterave en Europe, raffinage de la matière première permettant une production industrielle, publicité qui crée un faux besoin, explosion mondiale de la consommation, qui est passée de 8 à 120 millions de tonnes au cours des cinquante dernières années !
Au début du XXe siècle, chaque Français consommait 1 kg de sucre par an : il en consomme 35 kg aujourd’hui. Aux Etats-Unis, c’est presque le double ! Dans le Tiers Monde, c’est aussi beaucoup trop: que les sodas soient tournés vers Los Angeles ou ailleurs, ils contiennent six morceaux de sucre par cannette. Outre que du sucre est ajouté à des plats préparés ou à des conserves (petits pois, par exemple), l’industrie agroalimentaire a créé nombre de produits qui devraient être bannis de notre régime : sodas et jus de fruits du commerce, bonbons, biscuits, barres chocolatées, yaourts sucrés, glaces, pâtes à tartiner, corn flakes, confitures, ketchup, etc. Le sucre, évident ou caché, est partout !
L’ingestion de sucre blanc ou des aliments qui en contiennent provoque une hyperglycémie (montée brutale du taux de glucose sanguin). Notre pancréas réagit en secrétant de l’insuline – il faut savoir que les produits « light » entraînent aussi cette sécrétion. Une hypoglycémie réactionnelle s’ensuit. Evident ou insidieux, le besoin de consommer à nouveau du sucre se fait sentir : vite, on boit ou on grignote sucré. Notre organisme est alors entré dans un cercle vicieux qui peut aller jusqu’au diabète, d’autant qu’un mode alimentaire sucré comprend toujours, à côté du sucre blanc, des céréales raffinées (riz blanc, pain blanc, biscottes) et des aliments à index glycémique élevé (les mêmes, plus la pomme de terre frite, en chips, au four ou en purée). L’excès de sucre entraîne une dépendance : le sucre a été, avec raison, comparé à une drogue.
Privés de leurs vitamines et minéraux d’origine par le raffinage, ces sucres entraînent un déséquilibre enzymatique ainsi qu’une baisse des micronutriments nécessaires à leur métabolisation : magnésium, calcium, vitamine B1 ou chrome – un élément qui contribue à protéger du diabète. Ils favorisent les aigreurs d’estomac et les fermentations intestinales qui perturbent la flore bactérienne. Ce faisant, et toujours dans l’intestin, ils favorisent la constipation, les diverticuloses, les colopathies fonctionnelles, ou encore aggravent les mycoses, notamment le Candida albicans, cause de fatigues chroniques. Lorsqu’on sait qu’une bonne partie de notre immunité dépend de l’équilibre de cette flore, que le sucre tend à nous carencer en cuivre, un oligoélément anti-infectieux, et que, parallèlement, plus on absorbe de sucres, moins nos globules blancs réussissent à neutraliser les microbes (travaux de l’université de Loma Linda aux Etats-Unis), on comprend que les sucres raffinés font très dangereusement dériver notre terrain loin de la santé.
Ce n’est pas tout. Plusieurs études ont fait le lien avec les maladies cardio-vasculaires (Nasa Research Center) : le sucre, en effet, fait monter les triglycérides ainsi que le cholestérol LDL. Il peut favoriser des pathologies oculaires comme la cataracte et, par un phénomène que les scientifiques nomment glycation (liaisons anormales entre sucres et protéines), le vieillissement prématuré de tous les tissus de l’organisme. Irritant du système nerveux, cet aliment qui devrait être réservé aux jours de fête a été relié chez les enfants et les adolescents à l’hyperactivité, l’irritabilité ou l’anxiété.
Des chercheurs y voient aussi un agent favorisant plusieurs cancers : du pancréas, de l’estomac, du côlon, de l’endomètre (Centre international du cancer de Lyon, Ecole de Harvard). Car aussi bien les bactéries que les champignons intestinaux et les cellules cancéreuses prospèrent grâce au sucre.

Par Henriette Sarraseca (MFI)
Mardi 21 Juillet 2009

Lu 394 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs