Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Succès retentissant de la grève du personnel de l’Agence du Sud

Le taux de participation au débrayage du 24 février s’est élevé à 95%




Bien avant la date du 24 février, journée de grève nationale décrétée par les centrales syndicales les plus représentatives, les cadres et le personnel de l’Agence pour le développement économique et social des provinces du Sud (ADPS), dont le taux de participation à cette grève a été estimé à plus de 95%, avaient organisé des marches et des sit-in dénonçant la situation dans laquelle ils se débattent depuis que le gouvernement a décidé de transférer le siège de l’Agence de Rabat à Laâyoune, en septembre 2014.
Faisant peu de cas de leur mouvement, le ministère de l’Intérieur a décidé, unilatéralement et sans consultation du personnel de l’APDS, de liquider l’agence et de déployer le personnel dans les différentes Agences régionales d’exécution des projets (AREP), relevant des conseils régionaux des provinces du Sud.
Rappelons que le 17 février dernier, le personnel de l’APDS avait organisé un sit-in devant le nouveau siège de l’agence, au cours duquel les organisateurs avaient revendiqué une intervention rapide du gouvernement pour mettre fin à leurs déboires : séparations familiales, souffrances morales, baisse de productivité des  employés du fait de l’exclusion d’un bon nombre par la nouvelle direction, application de mesures disciplinaires et éviction des responsabilités sans justificatif et en violation des législations. On souligne également la privation de la catégorie des contractuels de la prime de déplacement de Rabat à Laâyoune, malgré la décision du gouvernement, le refus de dialogue avec les syndicats de la part de la nouvelle direction, au point d’interdire l’affichage syndical, sans évoquer le cas de plusieurs employés privés de leurs salaires depuis huit mois pour des raisons fallacieuses.
Les syndicats de l’APDS dénoncent, par ailleurs, les manœuvres  du gouvernement de les transférer à Laâyoune, alors qu’il était sur le point de liquider l’agence, à travers son asphyxie financière et la création des AREP prévues par la loi sur la régionalisation. Les représentants du personnel estiment que le gouvernement aurait dû trouver une solution  acceptable à travers le départ volontaire des cadres et avoir le courage de déclarer la liquidation de l’APDS ou de les affecter dans d’autres établissements publics similaires.
Un rapport parvenu à Libé dépeint la situation déplorable des cadres et employés de l’agence.
A noter que le conseil de la région de Laâyoune a lancé un appel à candidatures pour le poste de directeur de l’AREP dont le dossier doit être déposé au plus tard le 4 mars 2016.

AEK
Mardi 1 Mars 2016

Lu 1449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs