Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Steve Jobs” clôture le Festival du film de Londres




Le film biographique "Steve Jobs", portrait en trois actes du créateur d'Apple réalisé par Danny Boyle et incarné par Michael Fassbender, a clos dimanche la 59e édition du Festival du film de Londres, marqué cette année par "les femmes fortes".
Mais plus qu'un biopic -le second sur Steve Jobs-, ce long métrage est avant tout l'interprétation de la biographie autorisée de Walter Isaacson par le scénariste à succès Aaron Sorkin, auteur des séries "A la Maison Blanche" et "The Newsroom" et oscarisé pour le scénario de "The Social Network" de David Fincher.
"Vous ne verrez pas dans ce film une réinterprétation dramatisée de sa page Wikipédia", a déclaré Aaron Sorkin en conférence de presse, assumant la non-exhaustivité de son portrait de l'inventeur de l'iPhone et la présence d'éléments fictionnels dans son histoire.
Aaron Sorkin a en effet écrit un scénario en trois actes autour de lancements de produits emblématiques dans la vie du créateur décédé en octobre 2011 à 56 ans: le Macintosh en 1984, le premier ordinateur de sa société NeXT en 1988, après son éviction d'Apple, et l'iMac en 1998.
A travers ces temps forts et en immergeant le spectateur dans un huis clos très bavard, Aaron Sorkin se penche sur les relations complexes entretenues par Steve Jobs avec sa fille aînée Lisa Brennan-Jobs, sa proche collaboratrice Joanna Hoffman (interprétée par Kate Winslet), son associé Steve Wozniak, le créateur du système d'exploitation du premier Macintosh Andy Hertzfeld, ou encore l'ancien PDG d'Apple John Sculley (interprété par Jeff Daniels).
Ce portrait fragmenté est "la dramatisation de plusieurs des conflits personnels que Steve Jobs a connus dans sa vie, ce qui vous donne une image d'ensemble. Sont-ils justes? Je crois que oui et je crois que le film touche à une vérité plus large" sur ce qu'était le fondateur d'Apple, a fait valoir le scénariste.
Parmi les 238 longs métrages présentés en 12 jours, le festival a choisi cette année de mettre en valeur les femmes et leurs combats à travers une sélection de films engagés, de "Suffragette" sur le droit de vote des femmes, au documentaire "Je m'appelle Malala" sur la plus jeune lauréate du Prix Nobel de la Paix, en passant par "Carol" et son histoire d'amour entre deux femmes ou les révélations de la journaliste d'investigation Mary Mapes sur le passé militaire de George W. Bush dans "Truth". Il a également célébré la carrière de l'actrice australienne Cate Blanchett.

Mercredi 21 Octobre 2015

Lu 649 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs