Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Stabilité de l'épidémie de VIH/SIDA sauf en Afrique




Le nombre de personnes porteuses du virus VIH du Sida n'a pratiquement pas varié ces deux dernières années, se stabilisant à 33 millions de personnes environ dans la plupart des régions du monde, à l'exception de l'Afrique, selon un rapport publié mardi par l'ONU. L'épidémie a probablement connu son pic en 1996.
L'an dernier, les infections à HIV en Afrique sub-saharienne représentaient 72% des 2,7 millions de nouveaux cas dans le monde.
Daniel Halperin, expert du Sida à l'université américaine de Harvard, s'est félicité de la baisse du nombre de nouvelles infections et de celle des morts, dues à un meilleur accès aux médicaments. Selon les Nations unies, quatre millions de personnes sont actuellement en vie grâce au traitement, soit dix fois plus qu'il y a cinq ans.
Dans leur rapport conjoint, l'ONUSIDA et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) évaluent à 33,4 millions le nombre de séropositifs dans le monde, soit une quasi-stabilité par rapport aux 33,2 millions de 2007. Il s'agit toutefois d'une estimation réalisée d'après un modèle mathématique et qui comporte une marge d'erreur de plusieurs millions de personnes.
Certains experts s'appuient sur le déclin constaté dans la plupart des pays du monde pour réclamer un rééquilibrage de l'aide, soulignant que la lutte contre le HIV/Sida absorbe 23 cents par dollar investi dans la santé publique alors que le virus est à l'origine de 4% de l'ensemble des décès sur la planète. Hors des pays les plus durement touchés par l'épidémie de VIH/Sida comme l'Afrique du Sud, les maladies les plus meurtrières sont les infections respiratoires, les maladies cardiaques et la malaria.
Pour Philip Stevens, de l'International Policy Network, un réseau international de réflexion sur les politiques basé à Londres, il existe une "distorsion du financement mondial (en faveur de la lutte contre le VIH/Sida) alors que des maladies qui tuent davantage, comme la diarrhée ou la pneumonie dans les pays en développement sont beaucoup plus faciles et moins chères à traiter".

AP
Mardi 1 Décembre 2009

Lu 144 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs