Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Spécial Fête du Trône : Casa Finance City

Une plateforme financière régionale




Spécial Fête du Trône : Casa Finance City
Casablanca Finance City (CFC) dont l’ambition est de devenir une plateforme de la finance régionale est bien positionnée pour servir de passerelle financière pour les investisseurs désireux d’accéder aux marchés en croissance rapide d’Afrique et ouvre grandes les portes des opportunités encore non-exploitées dans les marchés émergents de la région.
 L’Afrique, regorgeant d’opportunités avérées, est promise à devenir le moteur de croissance mondiale au regard de son potentiel mais cet d’accès aux marchés de l’Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale n’est pas une sinécure à cause notamment de difficultés liées à la logistique, la gouvernance, la connectivité et la stabilité.
 Ce sont ces difficultés associées aux attentes des investisseurs briguant opérer dans un climat de confiance stable et compétitif qui illustrent la pertinence de la création de Casablanca Finance City, en tant que hub et porte d’entrée pour saisir les opportunités d’investissement à travers l’Afrique.
 Forte de ses atouts d’environnement d’affaires efficace, de savoir-faire local, d’infrastructures modernes et haut de gamme, de système régulateur, de connectivité et de solide réseau de partenariats à travers la région, elle ouvre des perspectives prometteuses pour l’attrait des capitaux et le développement de nouveaux métiers avec l’ambition avérée de devenir le premier centre d’affaires de référence servant en priorité le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest .
 Les relations historiques et culturelles du Maroc avec le continent, l’implantation dans le Royaume de nombreuses compagnies internationales désireuses d’élargir leurs activités et de conquérir les marchés prometteurs de l’Afrique et la présence de plus en plus visible de banques et compagnies marocaines dans la région subsaharienne sont les autres avantages et ingrédients dont se targue cette place afin d’aider à combler l’écart entre l’Europe et l’Afrique et de bâtir ce pont pour les opérateurs du secteur financier à l’instar des gestionnaires d’actifs, banques d’investissement et compagnies d’assurance ainsi que les sièges sociaux régionaux des professionnels de services.
 La CFC, hub régional devant générer entre 7 et 12 milliards de dirhams et augmenter de près de 2 % le PIB national, sera ainsi un vecteur d’inclusion financière et d’élargissement de la bancarisation et de rayonnement de l’économie marocaine de par le monde et la terre d’accueil d’investissements nationaux et étrangers, de multiples sociétés africaines en quête de domiciliation boursière ainsi que d’attraction et de fructification de nombreux centres d’expertises et de savoir-faire internationaux
 La CFC se concrétise sur le terrain. Le chantier avance à grands pas avec les mesures fiscales et les textes finalisés permettant les avancées significatives des différents chantiers de la place. Le programme de roadshows, ayant démarré en 2011 à travers une série de rencontres ciblées avec des institutions internationales, a suscité un vif intérêt du fait de l’offre attractive de l’environnement macroéconomique et politique distingué dans la région et reconnu mondialement.
Elle devra assurer la dynamisation du marché financier marocain et la consolidation du positionnement du Royaume en tant que référence en Afrique, tant par le standard de sa régulation du marché financier que par la qualité de ses institutions.
 Depuis sa création en 2010, le CFC a tissé des partenariats avec quatre grandes places mondiales dont Singapour en 2011 et Luxembourg For Finance et qu’à ce jour 22 institutions ont obtenu le statut CFC, tandis que trois autres demandes sont en attente.
 La récente signature d’une convention avec l’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa (AUDA) pour l’installation du groupe FinanceCom à la CFC a marqué le lancement officiel d’un ambitieux programme d’investissement immobilier du groupe au sein de la CFC.
 Ce programme, dont l’investissement global s’élève à 1,5 milliard de dirhams, concerne une surface constructible de près de 70.000 m2 sur un terrain d’un hectare environ.
 Ce projet phare représente une tour s’élevant à 135 m de hauteur, dressée sur 33 étages et placée parmi 3 autres immeubles de 7 étages chacun. Sa réalisation, prévue d’être finalisée en 2016, permettra d’accueillir notamment les sièges de la holding FinanceCom, BMCE Bank et BMCE Capital, RMA Wataniya et RMA Capital et Meditelecom.

MAP
Mardi 30 Juillet 2013

Lu 539 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs