Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets




Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L'entraîneur de la sélection marocaine de football, le Belge Eric Gerets a choisi de reconduire son groupe, en maintenant quasiment la même ossature, en prévision de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2012) qui se déroulera au Gabon et en Guinée Equatoriale du 21 janvier au 12 février 2012.
La liste des 23 joueurs, publiée jeudi, n'a généralement rien apporté de nouveau par rapport à l'équipe qui a obtenu la qualification, sauf deux nouveaux venus, à savoir le gardien Mohamed Amsif (Augsburg/Allemagne) et l'attaquant Amrabat Noureddine (Kayserispor/Turquie), qui ont fait leur preuve lors de la LG Cup, disputée à Marrakech.
A noter également le retour du gardien titulaire, Nadir Lamyaghri (Wydad Casablanca), qui revient d'une blessure qui l'a maintenu loin des pelouses pendant près d'un mois et dont la participation à la CAN-2012 suscitait plusieurs interrogations.
Parmi les joueurs retenus, plusieurs n'en seront pas à leur première CAN, notamment Marouane Chammakh (Arsenal/Angleterre), Youssef Hadji (Stade Rennes-France), Houcine Kharja (Fiorentina/Italie) et Badr El Kaddouri (Celtic FC/Ecosse), déjà présents en 2004 en Tunisie, en 2006 en Egypte et en 2008 au Ghana.
Lors du premier tour de la CAN-2012, le Onze national, qui figure dans le groupe C, jouera à Libreville, contre la Tunisie (23 janvier), le Gabon (27 janvier) et le Niger (31 janvier).
Ci-après la liste des 23 sélectionnés:
Gardiens de but: Nadir Lamyaghri (Wydad Casablanca). Issam Badda (FUS Rabat). Mohamed Amsif (Augsburg/Allemagne).
Défenseurs: Jamal Allioui (Al Kharytiyath/Qatar). Micheal Basser (Borsa Sport/Turquie). Badr El Kaddouri (Celtic FC/Ecosse). Abdelhamid El Kaoutari (Montpellier/France).Mehdi Benatia (Udinese/Italie). Abdelfettah Boukhriss (FUS). Mustapha Mrani (MAS). Ahmed Kantari (Stade Brest/France).
Milieux: Houcine Kharja (Fiorentina/Italie). Adil Hermach (Hilal/Arabie Saoudite). Karim Ahmadi (Feynord Roterdam). Belhanda Younès (Montpellier HSC/France). Mbarek Boussoufa (Anzi Makhachkala/Russie). Youssef Hadji (Stade Rennes-France).Mehdi Carcela (Anzhi Makhachkala/Russie).
Attaquants: Noureddine Amrabat (Kayserispor/Turquie).Oussama As-Saidi (Heerenveen/Pays-Bas).  Youssef El Arabi (Hilal/Arabie Saoudite). Adil Taarabt (Queens Park Rangers/Angleterre). Marouane Chammakh (Arsenal/Angleterre).

Onze national : l’espoir

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L’équipe nationale a réussi pleinement son retour au-devant de la scène au cours de cette saison. Après les contre-performances et les ratages qui ont agacé plein de monde, 2011 a été une embellie pour la sélection marocaine première qui est parvenue à atteindre l’un de ses objectifs : la qualification aux phases finales de la Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu entre janvier et février prochains au Gabon et en Guinée Equatoriale.
Après une entame difficile lors des éliminatoires, tout est rentré par la suite dans l’ordre pour que la machine tourne à plein régime, avec un match référence contre l’Algérie soldé sur une victoire des plus convaincantes : 4 buts nets et la naissance d’une nouvelle coqueluche du public marocain, Oussama Essaidi en l’occurrence.
Sauf que l’essentiel reste encore à faire. A la CAN, Gerets et ses protégés seront tenus de jouer à fond leur chance et pourquoi pas aller le plus loin possible dans ce tournoi continental, le dernier à être disputé en une année paire.
Mention spéciale également pour l’équipe nationale olympique qui a réussi à baliser son chemin pour les JO.

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L’international marocain Mehdi Benatia sacré meilleur joueur marocain de l’année, mais aussi meilleur défenseur du Calcio devant le Brésilien du Milan AC Thiago Sylva et l’Italien Andrea Ranocchia de l’Inter Milan, est convoité par l’AC Milan, la Juventus, le PSG, voire Manchester United et le Real Madrid. Mais il se murmure que la perle des Lions de l’Atlas pourrait bien porter le maillot d’un grand club italien, histoire de s’installer parmi les meilleurs défenseurs de la Serie A. Qui aurait prévu il y a deux saisons, l’ascension fulgurante de cet enfant d’Évry né d’un père marocain et d’une mère algérienne ? En tous cas, pas l’OM et José Anigo qui ne lui faisaient guère confiance. Aujourd’hui, ils s’en mordent les crampons de l’avoir laissé filer en D2 française pour finalement atterrir en Italie à l’Udinese, l’un des leaders actuels du Calcio. Pas commun ni évident le parcours de notre talentueux Mehdi Benatia à qui l’on souhaite en même temps qu’à tous nos lecteurs une excellente année.

Sara El Bekri : Miss podium

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
Au vu de ses performances, il était tout à fait logique qu’elle soit choisie pour la deuxième année consécutive comme meilleure athlète. "C'est une joie et un honneur. C'est une consécration du travail que j'effectue depuis plusieurs années. C'est également une preuve de l'intérêt croissant des médias pour la natation marocaine et ça ne peut que me faire plaisir", a fait savoir El Bakri dans une déclaration à la MAP. Et d’ajouter : « Je suis encore à huit mois des JO et cette nomination est un véritable coup de fouet qui m'encouragera pour ma préparation ".
Sara El Bikri a été la première sportive marocaine, toutes compétions confondues, à assurer sa qualification aux Jeux olympiques de Londres.
 Après sa participation aux JO de Pékin, la nageuse marocaine nourrit l’espoir de faire mieux dans l’édition anglaise. C’est d’ailleurs tout le mal que l’on puisse souhaiter à cette championne pétrie de talent, et vainqueur de six médailles en Championnat d’Afrique qui s’est déroulé à Casablanca et de dix aux derniers Jeux panarabes qui ont eu lieu à Doha.

MAS: la consécration

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
A l’instar du FUS que personne ne voyait vainqueur de la Coupe de la CAF, le MAS a réédité l’exploit cette saison. Les Fassis ont remporté haut la main le titre de la Coupe de la Confédération africaine de football aux dépens de la coriace formation tunisoise du Club Africain.
Le club fassi a réussi pleinement sa campagne continentale, intégrant par là même le cercle fermé des lauréats des Coupes africaines. Une performance qui n’est pas due au hasard, mais à un travail de longue haleine de toutes les composantes de l’équipe.
Un titre amplement mérité qui a enchanté le public marocain, surtout qu’il a été perçu comme une petite revanche du football national sur son homologue tunisien après la défaite du WAC face à l’Espérance de Tunis en finale de la Ligue africaine des clubs champions.
Chapeau bas donc au MAS qui peut se targuer aussi de sa consécration en Coupe du Trône. Reste le championnat pour réussir la passe de trois. Ça ne sera pas tâche aisée, mais c’est jouable.

La fuite des muscles

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L’année 2011 aura été aussi l’année de «l’émigration sportive» ou «lahrig» ou encore «la fuite des muscles». Pire. L’équipe nationale a connu un scandale inédit dans son histoire. Trois joueuses de l’équipe nationale appartenant à la formation de Khénifra qui a remporté la Coupe du Trône ont faussé compagnie aux siennes pour aller évoluer sous les couleurs du onze national émirati lors d’un tournoi en Asie. Après plus de deux mois, notre valeureuse fédé garde toujours le silence à ce sujet. Il en est de même pour les jeunes joueurs de l’école du Raja qui ont quitté le pays pour aller renforcer des équipes qataries sans l’autorisation de leur club. D’autres jeunes du Moghreb de Tétouan ont fait de même. A l’instar de l’athlétisme, il semble que la contagion s’est propagée vers les autres sports devant le mutisme des responsables.

Athlétisme : il était une fois….

Il est certain que l’année 2011 n’a pas été faste pour l’athlétisme national. Aucun titre au niveau des compétitions majeures à l’échelle internationale. Nos athlètes n’ont pu inscrire leurs noms au palmarès des médailles ni aux Mondiaux en Corée du Sud ni au 39ème Championnat du monde de cross country. Il faut dire que cette situation existe depuis quelques années, car on peine à former des champions de haut niveau, même si la fédération avait préparé un projet pour former des athlètes capables de faire retentir l’hymne national lors des grands rendez-vous. Toutefois, lors de cette année, on a enregistré quelques bons résultats surtout aux niveaux régional et arabe. En plus de quelques victoires de certains athlètes sur route ou en semi-marathon, mais cela reste en deçà des attentes et des espérances.

Messi: le petit géant

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
Petit par la taille mais aussi grand  par son jeu. Un jeu facile, simple mais combien ravageur pour ses adversaires. Buteur, passeur ou dribleur, il excelle partout. On l’a même vu venir donner un coup de main parfois aux défenseurs. Il  a tout gagné en 2011 avec le Barça et risque fort d’être Ballon d’or pour 2011. Titre décerné au mois de janvier. Auteur de 59 buts en un an, Lionel Messi reste un joueur exceptionnel que le football international ne peut produire que rarement. Cependant, comme tous les  géants des légendes, Messi reste faillible notamment au niveau du Onze national argentin. Au sein de l'Albiceleste, le héros du de la Liga n’est pas aussi performant. Il peine à s’intégrer et à s’imposer. Pire, il y montre souvent un visage triste et contraint. A l'exact opposé, donc, de celui qu'il arbore à Barcelone. Quelque part, cela est rassurant.

Super Barça

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
Encore une fois, 2011 était l’année du Barça. En effet, il a tout raflé sauf la Copa d’El Rey. De la Champion’s League à la Liga en passant par le Championnat du monde des clubs, le FC Barcelone a tout gagné. Le Barça de Guardiola et de Messi est une équipe qui prend plaisir à jouer et à offrir du spectacle. C’est un groupe homogène, solidaire et discipliné tactiquement. Le secret des coéquipiers de Messi c’est qu’ils ne se lassent jamais de jouer et de gagner. Ils jouent sans stress et sans complexe. Ils jouent pour jouer et pour vaincre quels que soient l’adversaire et l’enjeu.  

FIFA: les scandales

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
Sepp Blatter, patron de la FIFA, n’oubliera pas de sitôt l’année 2011 marquée par une série de scandales de corruption ayant porté atteinte à l’image de l’instance dirigeante du football mondial.
Les Anglais n’ont pas gobé que leur candidature pour l’organisation du Mondial 2018 tombe à l’eau. Le comité exécutif de la FIFA avait alors choisi la Russie, alors qu’en 2022, c’était au tour du Qatar d’organiser ce prestigieux événement selon le principe de rotation entre les continents.
Sauf que l’enquête menée par des députés et des médias britanniques a révélé bien d’autres choses qui n’ont rien à voir avec le principe de rotation. David Triesman, l’ex-président de la Fédération anglaise et de la candidature anglaise pour l’obtention du Mondial 2018, avait affirmé devant une commission d’enquête parlementaire, que « plusieurs membres du Comité exécutif de la FIFA auraient demandé à être rétribués pour accorder leur vote à l’Angleterre ».  
Et pour les pots cassés, c’est Mohamed Bin Hammam, président de la Confédération asiatique qui devait passer à la caisse pour tout payer.  Celui-ci, qui devait postuler à la présidence de la FIFA, a été « banni » à vie de toute activité liée au football après avoir été accusé d’avoir voulu acheter des voix lors d'une réunion de la Confédération du football caribéen. Résultat des courses : le Qatar a obtenu le Mondial le plus contesté.

Novak Djokovic, maître des courts

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L’année 2011, ce fut celle de tous les succès pour Novak Djokovic. Le tennisman serbe n’a pas trop fait dans les détails, matant ses principaux concurrents dans les tournois majeurs, s’adjugeant dix titres, dont trois relevant du Grand Chelem : les Internationaux d’Australie, de Grande-Bretagne et des Etats Unis.
A 24 printemps,  Djokovic est devenu le maître incontesté du tennis (70 victoires contre seulement six défaites), ravissant la vedette, du moins pour cette saison, à l’Espagnol Rafael Nadal et au Suisse Roger Federer.
En 2012, Novak Djokovic tentera de préserver cet élan, même si ça sera difficile, surtout que Nadael piaffe d’impatience pour revenir au-devant de la scène, alors que Federer n’a pas encore dit son dernier mot. Sans omettre l’armada des autres raquettes qui ne manquera certainement pas de se dépenser à fond en vue d’atteindre ou de rester au top ten.

Sebastien Vettel, le pilote des records

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
La Formule 1 a un nouveau maître. Après Michael Schumacher, c’est un autre Germanique qui domine les circuits. Sebastien Vettel a ravi la vedette, avec onze victoires en dix-neuf courses, agrémentées de six podiums.
Le pilote de Red Bull est en droit de se targuer de plein de records de précocité : « plus jeune pilote à inscrire un point pour son premier Grand Prix, à mener une course, à s'adjuger une pole position, à remporter une course, à être sacré en 2010 ». Couronné à 24 ans 3 mois et 6 jours, il devance de près d'une année l'Espagnol Fernando Alonso.
De prometteuses saisons se dessinent encore devant le champion allemand qui semble bien parti pour affoler les compteurs, n’en déplaise à des concurrents et surtout à un certain Fernando Alonso, le pilote espagnol qui a martelé qu’ «il est vrai que nous sommes maintenant à égalité avec deux titres chacun. Mais si je me projette cinq ans en avant, je préfère être à ma place qu'à la sienne". Attendons pour voir.

Bolt: déception et consolation

Spécial 2011 : CAN 2012, La liste définitive d’Eric Gerets
L’un des faits marquants des Mondiaux d’athlétisme de Daegu  a été le fameux faux départ d’Usain Bolt en finale du  100m. Une finale  qui a enregistré l’une des surprises majeures de ces championnats du monde d’athlétisme 2011. En effet, le triple champion du monde, triple champion olympique, et triple recordman du monde, le Jamaïcain Usain Bolt, s’est vu disqualifié suite à un faux départ, alors que tout le monde le voyait déjà sacré de ce titre mondial. Une grosse déception pour le Jamaïcain, consolé ensuite par sa victoire sur le 200 m. L’éclair retenu la leçon et a bouclé la moitié du tour de piste en (19.40).  Un succès assorti du 4e chrono de tous les temps. Bolt a quand même terminé les mondiaux sur les chapeaux de roues en compagnie de des compatriotes sur 4x100 m.    En 37 sec 04/100e, les Jamaïquains ont inscrit le nom de la quatrième ville de la Corée du Sud dans l’histoire de l’athlétisme.

Samedi 31 Décembre 2011

Lu 3188 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs