Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous pression, Benkirane ouvre les premières consultations électorales avec les partis

La supervision des élections divise opposition et majorité




Sous pression, Benkirane ouvre les premières consultations électorales avec les partis
C’est hier jeudi en fin d’après-midi que le chef du gouvernement devait ouvrir les toutes premières consultations relatives aux prochaines élections avec les partis de la majorité et de l’opposition.  Abdelilah Benkirane devait tenir cette toute première réunion au siège de la Primature.  Cette rencontre intervient sur fond de relations tendues entre le gouvernement et l’opposition. En effet, l’Union socialiste des forces populaires et l’Istiqlal ont rendu public mercredi 18 juin un communiqué conjoint où les deux formations politiques alliées historiques menacent de boycotter les élections de 2015 au cas où  leur préparation connaîtrait des dérapages induisant à la falsification. «(…) l’USFP et l’Istiqlal ont déjà essayé l’arme du boycott contre la falsification et la corruption électorale et face à l’autoritarisme pendant des décennies de la lutte du peuple. Aujourd’hui, ils sont prêts à assumer leurs responsabilités et appeler au boycott des élections s’ils ont des preuves supplémentaires que le pays se dirige vers un scrutin aux résultats tranchés d’avance”, ont rappelé avec force les deux principaux partis de l’opposition dans leur communiqué conjoint. Un pavé dans la mare qui a visiblement accéléré la tenue de la réunion du patron de l’Exécutif avec les représentants de l’opposition et de la majorité. « C’est à l’évidence sous la pression et la contrainte que M. Benkirane ouvre ce premier round de consultations relatives aux échéances électorales programmées en été prochain. L’initiative en revient au Groupe  parlementaire socialiste à la Chambre des représentants qui a interpellé le chef du gouvernement et le ministre de l’Intérieur au sujet de l’agenda électoral », fait remarquer ce cacique du parti de la Rose.
Pour l’Union socialiste des forces populaires, le prochain cycle électoral qui sera inauguré par les élections communales se tient dans un contexte constitutionnel nouveau. « L’esprit et la lettre de la Loi suprême doivent commander le processus électoral dans son ensemble. Or, force est de constater que face aux dossiers fondamentaux, ce gouvernement travaille dans la précipitation et l’improvisation. Aucune consultation n’a été menée jusque-là. Et la première réunion programmée jeudi 19 juin a eu lieu sous la pression de l’actualité imposée par l’opposition. Une manière de calmer le jeu », soupire Habib El Malki, président de la Commission administrative de l’USFP.
Les concertations pré-électorales commencent alors que les exigences de l’opposition sont aussi claires que précises. 
 
Benkirane en campagne 
en pratiquant charité 
et bienfaisance
Si le Parti authenticité et modernité devait tenir une conférence de presse hier jeudi et ce pour lever le voile sur ses revendications en termes d’organisation des prochaines élections, l’Union socialiste des forces populaires et l’Istiqlal ont déjà fait connaître leurs doléances électorales tant sur les plans politique que technique. « Nos deux partis ont développé une vision et une position communes d’abord sur la manière dont doit se dérouler ce scrutin. Il est impératif que les conditions de transparence, de neutralité de l’administration et de crédibilité soient garanties et ce pour accélérer la transition démocratique. Sur le plan technique, il s’agit de trancher la question du découpage électoral pour lequel nous avons des demandes précises.  Il faut aussi que le dossier des listes électorales soit résolu. Dans ce sens, nous appelons à la suppression de la carte électorale et à l’utilisation, en lieu et place, de la carte d’identité nationale. Autre demande que nous formulons, celle relative au mode de scrutin. Nous sommes en faveur du retour du scrutin uninominal », explique ce cacique de l’USFP.
Qui va organiser le prochain scrutin ? La majorité gouvernementale affiche déjà ses premiers désaccords. Si le Mouvement populaire et le Rassemblement national des indépendants semblent défendre l’option du ministère de l’Intérieur comme grand organisateur du rendez-vous électoral, le parti du chef du gouvernement serait en  faveur d’une supervision gouvernementale des élections.
C’est loin d’être la thèse défendue par l’opposition. L’USFP et l’Istiqlal ont appelé à la mise en place d’une commission nationale en charge de la supervision des élections. Pour les deux alliés, les attributions et la composition d’une telle commission devraient être fixées par la loi. « Nous avons toutes les raisons de nous méfier, surtout quand on est face à un chef de gouvernement qui se conduit en chef de parti. M. Benkirane est en campagne. Et sa campagne pré-électorale a commencé lorsqu’il s’est mis à fustiger systématiquement l’opposition et à pratiquer la charité et la bienfaisance. Nous assistons à une pratique d’assistanat dont l’objectif est de développer la dépendance des citoyens face au gouvernement. En fait, nous sommes face à une double dépendance. D’abord une dépendance liée à la démagogie religieuse à caractère populiste et ensuite une dépendance par la charité », commente H. El Malki. 
Le débat ne fait que commencer et il s’annonce houleux.

Narjis Rerhaye
Vendredi 20 Juin 2014

Lu 736 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs