Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous la pression du corps de la magistrature : Démission du nouveau procureur général d’Egypte




Sous la pression du corps de la magistrature : Démission du nouveau procureur général d’Egypte
Le nouveau procureur général égyptien, Talaat Brahim, a démissionné sous la pression du corps de la magistrature, a annoncé lundi soir une source judiciaire égyptienne.
«Le procureur général a présenté sa démission aux présidents de la Cour d’appel et du Conseil suprême de la magistrature, ainsi qu’une demande pour rejoindre de nouveau son poste de juge», a précisé la même source dans une déclaration à la presse.
La nomination de ce magistrat en novembre par le président Mohamed Morsi en remplacement du procureur en place sous l’ère Moubarak, Abdelmajid Mahmoud, avait provoqué un tollé dans la magistrature, qui y avait vu une «atteinte au principe de l’indépendance du pouvoir judiciaire».
Auparavant, des juges égyptiens, qui avaient accepté de superviser la première phase du référendum sur le projet de Constitution en Egypte, ont annoncé leur décision de boycotter la seconde phase prévue samedi prochain.
Le président du club des juges du Conseil d’Etat, Hamdi Yassine, a déclaré que les membres du club «ne superviseront pas la deuxième phase du référendum».
Le club des juges du Conseil d’Etat avait annoncé dernièrement qu’il acceptait de superviser la consultation populaire mais sous conditions. Les juges réclament notamment la levée du «siège» de la Haute cour constitutionnelle par des partisans des Frères musulmans, dont est issu le président Morsi.
Les scrutins en Egypte doivent se dérouler sous supervision judiciaire pour être valides.
La plus importante association de magistrats du pays, le Club des juges, avait indiqué que 90% de ses adhérents entendaient boycotter la supervision du scrutin.
Des divergences, ainsi que des violences meurtrières entre partisans et opposants au président Morsi ont surgi.
Pour les opposants à ce référendum, il reste toujours des lacunes concernant notamment la liberté d’expression, les droits des enfants et de la femme. Dans ce sens, ils soulignent que ce projet controversé ne limite pas les pouvoirs du président de la République, ce qui va mener à «une nouvelle dictature».
En revanche, le camp présidentiel assure que le texte permettra de doter le pays d’un cadre institutionnel stable, la précédente loi fondamentale ayant été suspendue il y a deux ans après la chute du régime de Hosni Moubarak début 2011 sous la pression d’une révolte populaire.   

Libé
Mercredi 19 Décembre 2012

Lu 160 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs