Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous la direction de Assia Belhabib : Un livre en hommage à Abdelkébir Khatibi




Sous la direction de Assia Belhabib : Un livre en hommage à Abdelkébir Khatibi
«J'appartiens à un pays magnifique qui est marginal. Il est de force vive. Je lui dois ma naissance, mon nom, mon identité initiale. Je lui dois mon histoire, sauf le récit  de ma liberté d'esprit, celle d'avoir à inventer un espace et une relation de dialogue avec n'importe quel être venant vers moi », écrivait Abdelkébir Khatibi.
Bien de choses se sont passées depuis le décès de l'écrivain un certain 16 mars 2009. Pourtant, ce grand voyageur insatiable et amoureux de l'humanité demeure présent dans la mémoire collective de nombreux intellectuels marocains et d'ailleurs qui lui reconnaissent bien de talents.
22 écrivains, artistes peintres, photographes, psychiatres, psychanalystes, journalistes et universitaires de diverses nationalités viennent justement de lui consacrer un livre, « Le jour d'après. Dédicaces à Abdelkébir Khatibi », sous la direction de Assia Belhabib, professeure de littérature française à l'Université Ibn Tofaïl de Kenitra. Une sorte de recueil de témoignages riches d'enseignements que nombreux lecteurs voudraient bien avoir à leur chevet.
Publié aux éditions Afrique Orient, avec le concours du Service de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France au Maroc, cet ouvrage collectif « est un hommage posthume à un homme qui a toujours célébré l'originalité de la pensée libre et qui a toujours encouragé les vocations même les plus latentes », écrit Assia Belhabib dans son avant-propos. Il faut dire qu'Abdelkébir Khatibi fut un écrivain singulier, polyvalent, cosmopolite et novateur qui contribua grandement au développement de la pensée marocaine.
C'est donc au nom de l'amitié et de l'admiration pour cette « figure emblématique de l'éclectisme heureux »  qui consacra sa vie aux maux du monde et aux plaisirs des mots que des nationalités diverses ont accepté de fraterniser dans cet ouvrage, ajoute Assia Belhabib.  
Le lecteur retrouvera ainsi dans cet ouvrage de 205 pages divers textes témoignant du respect et de la considération voués au regretté. Des témoignages saluant « un penseur qui ne se pliait pas aux conventions et à la pensée toute faite des cercles dominants de l'époque… Toute sa vie, il l'a passée à scruter les signes de la culture marocaine et à les analyser dans l'esprit de cette recherche d'une pensée autre » (page 35), écrit Tahar Ben Jelloun. Persuadé que «ce qui était (vraiment) exceptionnel dans sa pensée, c'était l'inattendu. Il ne parlait pas comme les autres professeurs ou intellectuels… Il allait chercher la faille, le point étrange et silencieux, l'écran dissimulé derrière les mots, derrière les visages » (page 36), ajoute l'écrivain, essayiste et poète.
Pour Beïda Chikhi, Abdelkébir Khatibi « a privilégié le désir de voir s'opérer, au Maghreb, une transmigration du pouvoir d'accomplissement poétique et intellectuel. Selon cette auteure et ancienne maître de conférences en littérature française et littérature comparée à l'Université d'Alger, l'écrivain marocain « s'est laissé aimanter par de beaux textes de ce monde pour apporter à l'immense champ de l'aimance sa part d'intelligence sensible et sensuelle. Il les a interprétés en leur donnant ce surplus de sens, si hospitalier, qui manifeste une culture, une manière d'être et une généreuse posture, qu'on pourrait qualifier de « maghrébines » » (page 55).
Si l'on eut tant besoin de lire et relire les textes de Khatibi, c'est aussi pour « faire l'expérience d'un univers littéraire complexe, où la narration peut a priori paraître fragmentaire, pour ensuite, dans les derniers textes retrouver plus de consistance… » (page 69), observe Papa Samba Diop. Pour ce professeur de littérature francophone à l'université Paris Est, ce qui est frappant chez l'écrivain Khatibi, c'est sa traversée sans aspérités majeures des débats passionnés qui, en France comme au Maghreb, ont vu s'entredéchirer tenants et opposants de la « pureté » de la langue ou de la littérature, l'une ou l'autre devant fatalement relever d'une nation ou d'un pays » (page 72).
Pluridisciplinaire, le défunt s'intéressait aussi à l'Art. Et le moins que l'on puisse dire c'est que sa pensée picturale lui permit « de développer une vision claire et une critique lucide de la peinture arabe » (page 90), d'après Aïssa Ikken. En effet, au-delà de « sa curiosité intellectuelle, de ses vastes connaissances, Khatibi se caractérisait par une grande sensibilité artistique… Sa sensibilité artistique se traduisait d'une manière magistrale dans ses critiques des travaux de certains peintres » (page 95 et 97), apprécie l'artiste peintre et poète.  
Des témoignages aussi précieux qu'édifiants, on en dévore au fil des pages de ce livre qui regorge de divers textes signés des mains d'amis, d'observateurs et chercheurs ayant un point commun; celui d'avoir aimé l'homme, apprécié chacun à sa manière son œuvre et perdu un ami, un camarade et surtout un fervent défenseur des idéaux des plus justes. D'un intellectuel complexe en phase avec l'humanité. Et dont « les préoccupations ne cessaient de se diversifier, de se raffiner, de se métamorphoser, tournant autour d'une poignée de concepts et de motifs qu'il élaborait toujours à travers de nouveaux contextes » (page 125), apprécie Lucy Stone McNeece, spécialiste des cultures du Maghreb et du Moyen Orient, professeure de littératures francophones et comparées à l'Université du Connecticut aux Etats-Unis.

ALAIN BOUITHY
Jeudi 14 Avril 2011

Lu 673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs