Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous la Coupole, l’opposition dénonce l’instrumentalisation du décès de l’étudiant de Fès

«Lahcen Daoudi doit démissionner»




Sous la Coupole, l’opposition dénonce l’instrumentalisation du décès de l’étudiant de Fès
L’instrumentalisation du décès de  l’étudiant de l’université de dar Al Mahraz à Fès est arrivée sous la Coupole. Ce mardi 29 avril, la séance des questions orales de la Chambre des représentants s’est ouverte avec une question urgente posée par le groupe parlementaire du PJD au ministre islamiste de l’Enseignement supérieur. Et pour ne rien gâcher à une propagande islamiste, en direct, la séance est présidée par le premier vice-président de la Chambre, le Pjdiste Yatim et le dernier droit de réplique est accordé au président du groupe parlementaire du parti du chef du gouvernement, Abdallah Bouno.  « Un casting et une distribution de rôles pour mieux noyer le poisson. Parce que les islamistes du gouvernement se  sont lâchés dans cette affaire qui est d’une extrême gravité. Une affaire qui pose la question de la sécurité dans l’enceinte de l’université », commente cet universitaire de gauche.
Flash-back.  Abderrahim Hasnaoui, étudiant à l’Université  Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès, a perdu la vie à la suite de violents affrontements qui ont opposé jeudi dernier deux factions ennemies, « Annahj Addimokrati Al Qaïdi », proche de l’extrême gauche et « Attajdid Attollabi», proche du PJD et dont le défunt était membre. 8 étudiants ont été interpellés. Trois d’entre eux sont poursuivis pour homicide volontaire avec préméditation, un chef d’accusation extrêmement lourd.  C’est l’organisation d’une conférence qui est au cœur du drame. Les étudiants islamistes d’Attajdid Attollabi ont réservé une salle pour la tenue d’une conférence  sur le thème «Les islamistes, la gauche et la démocratie ». Parmi les conférenciers, ces jeunes avaient entre autres invité Abdelali Hamieddine, membre du secrétariat général du PJD. Les étudiants, membres d’Annahj Addimokrati, sont révulsés.  Hamieddine a, expliquent-ils, du sang sur les mains. Sa seule présence, ici dans les murs de l’université de Fès, est une profonde insulte à la mémoire de Benaissa Ait Ljid, ancien étudiant gauchiste, assassiné par des étudiants islamistes en février 1993, soutiennent-ils.
Ce ténor du PJD –étudiant au moment des faits-  avait toujours nié son implication dans ce meurtre. Il sera  condamné à deux ans de prison, avant d’être  libéré en 1995. A la Chambre basse, le ministre islamiste de l’Enseignement supérieur sort de sa réserve.
 
Le déni de l’histoire 
de la violence islamiste
 Il n’est plus ministre. Il est exclusivement un islamiste du PJD. Il lance : «Ce qui s’est passé à l’université à Fès est du terrorisme idéologique. C’est une guerre idéologique qui nourrit la violence. Et ceux qui sont derrière tout cela pour parasiter l’expérience gouvernementale ressortent les vieux dossiers pour mieux susciter la violence. C’est la première fois qu’il y a un mort dans l’enceinte universitaire ». Du haut de la tribune parlementaire, le responsable gouvernemental désigne ses coupables : la pensée basiste d’Annahj Addimokrati, les partis de gauche (il regarde en direction des travées où sont assis les députés de l’Union socialiste des forces populaires) et le Parti authenticité et modernité en pointant un doigt accusateur vers ses représentants élus de la nation. 
La réaction des socialistes est immédiate. Face à un déni de l’histoire de la violence islamiste, la liste des étudiants, victimes de l’extrémisme, est égrenée. «Qui les a tués ? Qui est responsable de leur assassinat? » interroge un député itthadi la voix étranglée par l’émotion. 
« Tous les morts sont égaux. Il n’y en a pas qui sont plus importants que d’autres. Pourquoi certains suscitent-ils votre rire et d’autres vos larmes Monsieur le ministre ?», se demande le député pamiste Touhami. Allusion est clairement faite à la réaction pour le moins détendue de Lachcen Daoudi alors qu’il était interrogé sur l’assassinat  en janvier 2013 d’un étudiant, Mohamed Fizazi. « Il est mort et puis c’est tout », a-t-il répondu avant d’esquisser un sourire. Un an plus tard, aux obsèques à Errachidia du jeune Hasnaoui auxquelles ont assisté le chef du  gouvernement himself, le ministre de l’Enseignement supérieur ainsi que sa ministre déléguée, le même Lahcen Daoudi, micro à la main, s’effondre en larmes. 
« Vous devez démissionner M. Daoudi. Car vous n’avez pas pu assurer la liberté académique et encore moins préservé la sécurité et l’intégrité de l’enceinte universitaire », poursuit le député du PAM.
 
Au PJD, les morts ne sont 
pas égaux selon qu’ils soient 
de gauche ou islamistes
Explosion de colère du ministre islamiste de l’Enseignement supérieur. « Le PJD n’a  de leçon à recevoir de quiconque. Les valeurs, c’est nous ». Le responsable gouvernemental qui n’est plus qu’islamiste pur et dur distribue les mauvais points. « Vous avez détruit le pays. Vous poussez à l’extrémisme. Vous avez déserté l’université et vous voulez nous renvoyer aux années 1960/70 ».
Le temps de parole est épuisé. Mission accomplie pour les poseurs de la question urgence à l’un des leurs. Quant à l’opinion publique, elle aura compris qu’au PJD, les morts ne sont pas égaux selon qu’ils soient de gauche ou islamistes...
 

Narjis Rerhaye
Mercredi 30 Avril 2014

Lu 947 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs