Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous haute surveillance : L’élite mondiale à Davos loin des tumultes d’un monde en crise




Les dirigeants de l’élite politique, économique et financière de la planète devaient se retrouver mercredi à Davos (est) pour leur grand rendez-vous annuel, loin des tumultes d’un monde «épuisé» par la crise et des incertitudes entourant son avenir économique.
Une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement devaient rejoindre les centaines de chefs d’entreprise venus de tous les continents pour cinq jours de conférences et de débats. D’autres, plus novices comme le nouveau Premier ministre tunisien, l’islamiste Hamadi Jebali, ou des représentants du gouvernement birman, devaient également être présents. La chancelière allemande Angela Merkel, déjà présente l’an dernier,  devait prononcer mercredi après-midi le discours inaugural de cette 42ème session du Forum économique mondial (WEF). Les déclarations de la dirigeante de la première économie européenne sont une nouvelle fois très attendues.  La Grèce n’en finit pas de s’enfoncer dans la crise, les négociations qu’elle mène avec ses créanciers privés (banques, fonds d’investissement, etc) ne sont toujours pas bouclées et même si les marchés accordent depuis le début de l’année un moment de répit aux Européens, la crise est encore loin d’être réglée. Une fois encore, tous les regards sont tournés vers l’Allemagne dont beaucoup attendent, en Europe et ailleurs, un geste pour rassurer durablement les marchés. «Le monde est dans un état de +burn out+ (épuisement) total», avait déclaré fin décembre le fondateur et président du Forum, Klaus Schwab. «Nous avons échoué à retenir les leçons de la crise financière de 2009. Une transformation mondiale doit avoir lieu d’urgence et cela doit commencer en rétablissant une forme de responsabilité sociale», a-t-il renchéri il y a quelques jours. Les thèmes retenus pour cette édition 2012 du Forum en disent long sur l’inquiétude de ses organisateurs: «Le capitalisme du XXème siècle est-il en train de flouer la société du XXIème siècle ?», «Risques globaux en 2012: les graines de la désillusion» ou encore «Réparer le capitalisme». Contrairement à l’édition précédente, le président français Nicolas Sarkozy ne rejoindra pas la chancelière allemande à Davos. La venue du Premier ministre François Fillon, un moment annoncée, n’a pas été confirmée. Le ministre des Finances François Baroin devait être présent aux côtés de son homologue allemand Wolfgang Schäuble. Les Etats-Unis seront représentés par leur secrétaire au Trésor Timothy Geithner mais la Chine fera profil bas, nouvel an chinois oblige. Quelque 5.000 policiers et militaires suisses protègent ce grand rassemblement des dirigeants de la planète.

Libé
Jeudi 26 Janvier 2012

Lu 302 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs