Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Soumaya Naâmane Guessous et la parité homme-femme : Entre contradictions et malentendus




Soumaya Naâmane Guessous et la parité homme-femme : Entre contradictions et malentendus
Peut-on parler d'une évolution des relations entre les femmes et les hommes dans la société marocaine ? La réponse est non. « Dans notre société, on ne peut pas parler d'une évolution, car celle-ci suppose le passage d'une étape à une autre. Mais on peut parler plutôt d'un bouleversement rapide et brutal.  Ce qui explique notre incapacité à saisir ce changement et le chaos qui caractérise cette relation homme-femme dans notre société ». C'est, du moins, ce qui ressort de l'intervention de Soumaya Naâmane Guessous, sociologue, à l'occasion d'une conférence qu’elle a donnée  à Casablanca, samedi dernier.
L'intervenante a expliqué que le Maroc vit actuellement dans « un chaos, qui est tout à fait normal, mais qui oblige à initier une phase nouvelle pour une société moins déchirée ». Le fait de passer rapidement de la tradition à la modernité a fait que «nous sommes perdus, ou toute reste à inventer, surtout la relation homme-femme», caractérisée, selon elle, par des contradictions et des paradoxes observables et identifiables avant et après le mariage.
Pour la sociologue, la relation homme-femme est le résultat direct d'une société marocaine qui vit un tiraillement entre deux modèles sociétales, à savoir la modernité et la tradition. Ce déchirement identitaire crée des situations de conflit et de désarroi. Il alimente des tensions et des mésententes. Pour preuve, : des relations non sereines et débridées entre l'homme et la femme. L'homme marocain est jugé schizophrène alors que la femme est  qualifiée d’hypocrite.
Selon l'oratrice, tout commence avec l'éducation des enfants. Les filles sont éduquées selon des normes traditionnelles et patriarcales.  Elles ont été élevées à être soumises, obéissantes et contraintes à brimer leurs pulsions et désirs sexuels. La virginité est censée préserver l'honneur familial. Elles doivent observer l'abstinence jusqu'à la nuit de noces, dans une société où l'âgé moyen du mariage est de plus en plus retardé et où elles sont, tout le temps, harcelées par les hommes.
Quant aux  garçons, ils ont été éduqués dans le mythe de la virilité et de la supériorité masculine. Leurs désirs sexuels sont permis et tolérés. Ils disposent de leurs corps et s’adonnent à leurs fantasmes.
Cette situation suscite des incompréhensions et provoque des frustrations. Et ces effets néfastes sont ressentis, selon Soumaya Naâmane Guessous, dans le concept du mariage. Pour la femme marocaine, le mariage constitue le prélude à une nouvelle vie.  Le rêve: rencontrer le prince charmant, tant attendu et tant idéalisé, qui doit être riche, respectueux, beau et instruit. Elles ont envie de construire quelque chose de nouveau, mais en rupture avec le modèle de leurs mères. « Elles veulent réellement couper avec le schéma de foyer traditionnel » a-t-elle expliqué.
Pour les hommes, le mariage est la fin des années de folie et de liberté.  Ils ont un idéal de la femme, mais dès qu'ils pensent  mariage, ils ne se voient pas choisir la fille qu'ils ont fréquentée. C'est la tradition et la culture qui prennent le dessous. La future épouse doit se métamorphoser et se conformer à l'idée que leur propre mère se fait de l'épouse parfaite. Ils vont plutôt se tourner du côté maternel  pour leur trouver Bent Nass : « Une fille de bonne famille ». Ces hommes chercheront des filles vierges et pures. L'homme marocain a du mal, note Mme Soumaya, à couper le cordon ombilical avec sa mère et s'affranchir de son autorité, car celle-ci est très puissante et, dans notre société, «nous souffrons plus de matriarcat que de patriarcat».
Sombre tableau qui traduit une vraie crise identitaire. De ce fait, le couple marocain souffre énormément et ne peut pas vivre sa relation dans l'harmonie et la sérénité, a conclu Soumaya Naâmane Guessous. 

Hassan Bentaleb
Mardi 23 Mars 2010

Lu 940 fois


1.Posté par LALLA GHZALI le 08/05/2010 17:39
Apparemmnet Mme Guessous n'evoluera jamais. Elle tient le meme discours futile et simpliste depuis toujours. Elle va falloir qu'elle fasse peaucoup plus d'effort pour mieux comprendre et analyser la societe marocaine. C'est une dame inculte. dommage ce qui l'interesse c'est le show off. elle n'a pas honte de ses futilites....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs