Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Son deuxième rapport est également pro-séparatiste : Le RFK Center réitère son inimitié pour le Maroc




Son deuxième rapport est également pro-séparatiste : Le RFK Center réitère son inimitié pour le Maroc
"Nous nous étonnons de la rapidité avec laquelle a été élaboré ce document qui s'aligne sur les thèses de l'autre partie", a déclaré à l'AFP, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, dénonçant ainsi le rapport préliminaire déposé par le RFK Center (Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme)  suite à  la visite qu’il a effectuée  dans les provinces sahariennes et à Tindouf. Il a fait également état de la « nature biaisée de cette organisation » en assurant que Rabat poursuivrait "la consolidation des droits de l'Homme dans toutes les régions du Royaume". Et pour cause,  le RFK Center  vient de rendre public un soi-disant rapport où il s’aligne directement sur les thèses des ennemis de notre intégrité territoriale et prétend « que les droits de l’Homme ne sont pas respectés par le Maroc au Sahara » où « règne un climat de terreur du fait notamment de l'omniprésence policière ». Une position qui ne devrait pas étonner, outre mesure ni  les instances politiques marocaines, encore moins la société civile vu le manque d’impartialité affiché par de la délégation.
Dans ledit rapport, le RFK Center,  qui souffle le chaud et le froid, n’a pas manqué toutefois  de  noter quelques évolutions positives depuis son précédent séjour, début 2011, comme l'adoption d'une nouvelle Constitution au Maroc, garantissant, entre autres, une plus grande liberté d'expression. Il se félicite aussi du rôle du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) ; un organisme officiel dont il a rencontré les membres, lors d'un passage à Rabat. Mais d’un autre côté, le gouvernement marocain devrait, selon lui, mettre un terme « à la violence à l'encontre des Sahraouis pro-indépendants ».
 «L'oppression contre ceux qui critiquent le gouvernement […] n'est pas digne du Royaume du Maroc, qui a fait des progrès considérables au cours de la dernière décennie en matière de garanties des droits humains », a indiqué le rapport. Ces conclusions étaient somme toute fortement appréhendées vu le manque d’impartialité qui a marqué le déroulement de l’enquête. Des inquiétudes n’ont pas cessé alors de tarauder l’esprit du gouvernement. En effet, le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi espérait préalablement que ledit  Centre développe «une vision objective et impartiale» de la situation des droits humains dans la région et dans les camps de Tindouf. «Nous attendons des organisations internationales, que ce soit la Fondation Robert Kennedy ou autres, de développer une vision objective, impartiale et réelle tant pour les provinces du Sud du Royaume que pour les camps de Tindouf, aux fins d’une solution politique durable et définitive du conflit artificiel» autour du Sahara marocain, avait-il déclaré à l’AFP. Et puis le seul choix du domicile d’Aminatou Haidar pour accueillir ses hôtes triés sur le volet parmi les défenseurs de la thèse séparatiste en dit long déjà sur l’issue de l’enquête. Par ailleurs, les acteurs de la  société civile dans la région ont dénoncé le  « parti pris avéré de certains membres de la Fondation Robert Kennedy en faveur des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume, avec qui ils ont tenu des rencontres, négligeant totalement les autres composantes de la société civile de la ville et les représentants de la population locale. »
La démarche sélective du RFK Center avait suscité également les critiques de la classe politique marocaine.
 Ainsi, le Groupe de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) à la Chambre des représentants avait appelé la délégation de ce Centre à assumer ses responsabilités vis-à-vis des séquestrés des camps de Tindouf, à respecter les résolutions internationales et à faire preuve d’impartialité dans l’exercice de sa mission.
Rappelons par ailleurs que le RFK Center dirigé par Kerry Kennedy, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà établi par le passé un rapport critique sur la situation au Sahara et favorable aux thèses séparatistes.

Nezha Mounir
Mercredi 5 Septembre 2012

Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs