Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Son conseil d'administration a planché sur plusieurs questions : L'Observatoire du Sahel et du Sahara en conclave à Rabat




Le Haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi, et le président de l'Observatoire du Sahel et du Sahara (OSS), Mokhtar Jellali ont présidé, en compagnie du secrétaire général de l'OSS, Chadli Fezzani et le secrétaire général de l'UMA, la réunion du bureau du Conseil d'administration de l'Observatoire du Sahara.
L'objectif de cette réunion, tenue à Rabat,  est l'examen des comptes de l'exercice 2010, le budget 2011, les modalités de recrutement du nouveau Secrétaire exécutif, le rapport préliminaire relatif à la stratégie de l'Observatoire et l'efficience de ses moyens d'intervention.
Cette réunion a été également l'occasion de décider du lieu de la prochaine Assemblée générale , prévue en 2012, qui marquera le lancement de la stratégie 2020 de l'OSS. Parmi les projets réalisés au Maroc dans le cadre de la collaboration avec l'OSS en 2010, le Projet Système maghrébin d'alerte à la sécheresse (Life Pays Tiers) qui a permis l'évaluation des dispositifs d'alerte précoce de la désertification, la mise en place d'indicateurs de vulnérabilité à ce phénomène, ainsi qu'une définition exacte d'un zonage agro-écologique et météorologique des régions vulnérables à la sécheresse; le but étant la mesure de la dynamique du processus de désertification pour une orientation efficiente des mesures d'intervention pour inverser les tendances actuelles.
En outre, l'opérationnalisation du système de suivi et d'évaluation est un projet en cours et il vise à jauger de la pertinence des indicateurs de suivi pour mieux adapter la politique de lutte contre la désertification avec les préoccupations nationales et les obligations des conventions onusiennes sur la lutte contre la désertification et les changements climatiques. Signalons aussi que le Maroc, membre fondateur de l'OSS, est actif au sein du conseil d'administration de cet organisme et participe au développement de partenariats avec les pays partenaires. L'OSS, qui regroupe la majorité des pays africains qui s'ouvrent sur le Grand Sahara africain, a pour mission d'apporter son soutien aux pays membres afin de lutter contre le phénomène de la désertification et d'autres aspects environnementaux, à travers des outils d'aide à la décision. Cette rencontre qui a duré deux journées (28 et 29 mars 2011), a connu la participation des membres du Conseil d'administration de l'OSS tels le Maroc, la Tunisie, la France, le Kenya, l'Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal. A rappeler que l'OSS est une organisation internationale autonome établie à Tunis (Tunisie), dont l’objectif est de concilier les efforts de l'Afrique pour améliorer les systèmes d'alerte et de suivi de la situation des cultures, de la sécurité alimentaire et des sécheresses. En effet, 46 % des terres sont vulnérables à la désertification et la plupart des politiques et des stratégies de développement sont souvent axées sur la gestion des crises et de leurs conséquences plutôt que sur la prévention et l'alerte précoce. La création de cette organisation a pour but de donner une nouvelle impulsion à la lutte contre la désertification et à l'atténuation des effets de la sécheresse en offrant aux pays intéressés un espace d'échange d'expériences et la possibilité d'améliorer et d'harmoniser les procédures de collecte et de traitement de l'information.
Aujourd'hui, l'OSS regroupe 22 pays africains, 5 pays du Nord (Allemagne, Canada, France, Italie et Suisse), 4 organisations sous-régionales représentatives de l'Afrique de l'Ouest (CILSS + Côte d'Ivoire), de l'Est (IGAD) et du Nord (UMA+ Egypte), une organisation sous-régionale travaillant sur l'ensemble de la zone circumsaharienne (la Communauté des États sahélo-sahariens, « CEN-SAD »), des organisations régionales, des organisations du système des Nations unies et de la société civile. Les activités de cette organisation sont financées par les contributions volontaires, les subventions et les dons provenant des pays et organisations membres et partenaires.

MOHAMMED DRIHEM
Jeudi 31 Mars 2011

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs