Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye

Une occasion pour débattre des sanctions contre la Russie




Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye
Plus de 50 dirigeants du monde entier discuteront dès lundi à La Haye des moyens d'éviter des attaques nucléaires terroristes, mais ce sommet cher au président américain Barack Obama risque fort d'être dominé par la crise ukrainienne.
Organisé lundi et mardi à l'initiative de Barack Obama, ce Sommet sur la sécurité nucléaire (NSS) est pourtant l'occasion pour le président américain lui-même de convoquer une rencontre du G7 sur les sanctions à prendre contre la Russie, critiquée par l'Occident sur la Crimée.
 Les dirigeants des sept pays les plus industrialisés - Royaume-Uni, France, Canada, Allemagne, Italie, Japon et Etats-Unis - devraient se rencontrer lundi, selon des sources diplomatiques.
 La journée du mardi sera dès lors libre pour discuter de la façon de sécuriser les stocks de matériaux nucléaires et éviter que des groupes comme Al-Qaeda mettent la main dessus pour fabriquer des armes nucléaires.
 La sécurité nucléaire est au centre de l'héritage politique que Barack Obama souhaite laisser : il avait assuré en 2009 que le terrorisme nucléaire était "la menace la plus immédiate et la plus extrême pour la sécurité mondiale". Le lauréat du Prix Nobel de la paix avait alors entrepris de sécuriser les matériaux nucléaires vulnérables dans les quatre ans et les premiers NSS avaient été organisés en 2010 à Washington et en 2012 à Séoul. Un sommet final doit être organisé en 2016.
 Un des objectifs de ces sommets est de convaincre les pays de se débarrasser de leurs stocks d'uranium hautement enrichi et de plutonium, qui peuvent être utilisés pour fabriquer des bombes atomiques, pour privilégier l'uranium faiblement enrichi.
"Un évènement terroriste nucléaire aurait un impact sur le monde entier, c'est donc un problème qui requiert une solution mondiale", soutient à l'AFP Kelsey Davenport, analyste pour L'association pour le contrôle des armes. "Le NSS a apporté à ce problème une attention politique appropriée".
 Les hôtes néerlandais, qui ont pour l'occasion pris des mesures de sécurité sans précédent, ont identifié trois buts pour ce sommet : réduire les stocks de matériaux nucléaires, réduire la production de matériaux radioactifs et renforcer la coopération internationale sur la sécurité nucléaire.
 Presque chaque pays au monde dispose en effet des matériaux nécessaires à la fabrication de bombes dites "radiologiques" ou bombes "sales", qui combinent explosifs traditionnels et éléments radioactifs. 

AFP
Samedi 22 Mars 2014

Lu 573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs