Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sofia Essaidi : Les atouts de la réussite




Sofia Essaidi : Les atouts de la réussite
Décidément, en France, on ne jure plus que par elle. Elle, c’est la nouvelle coqueluche, l’oiseau rare de la scène artistique dans l’Hexagone.
Pourtant, rien ne prédestinait Sofia Essaidi à un tel succès. Certes, elle avait un penchant pour la musique et le chant et s’était même inscrite au conservatoire pour suivre des cours de solfège et de piano. Mais, malgré un cursus brillant, elle n’avait pas, au fond d’elle-même, envie de se cloîtrer dans les salles de classe. Son départ en France pour suivre des études supérieures n’a pas tempéré ses ardeurs artistiques surtout qu’elle avait une nostalgie certaine du pays.
Mais c’est après avoir envoyé une cassette vidéo à TFI pour participer au casting de «Star Ac», que sa vie allait basculer.  Lors de la compétition, elle a vite attiré l’attention sur elle. La jeune Marocaine avait, en effet, tout pour réussir une grande carrière de chanteuse. Cela, les organisateurs l’ont remarqué, mais la preuve c’est quand Sofia chantait en duo avec des sommités de la chanson telles Sting, Charles Aznavour, Phil Collins ou encore Elton John. Ces noms feraient hésiter le chanteur le plus expérimenté mais Sofia, elle, s’en sortait tellement bien que ces stars lui témoignaient beaucoup d’estime.
Et bien qu’elle ait quitté la compétition au stade de la demi-finale,  elle réussit quand même à se faire une place dans la grande tournée de l’équipe de Star Academy. Déception ? Pas du tout, car d’une part, elle ne pensait pas en arriver là, et d’autre part, cette tournée allait lui permettre de rencontrer directement le public.
La porte était grande ouverte pour une carrière dans la chanson, d’où l’enregistrement d’un premier album intitulé «Mon cabaret» en 2005. Cet album a été élaboré avec des professionnels qui travaillent avec les plus grandes stars.
Puis, en 2007, c’est le tour du cinéma. Un rôle dans «Iznougoud» pour interpréter «Djiman Nui Man Nui». Après, elle a été sollicitée pour prendre part dans une comédie musicale, «Cléopâtre» qui lui a permis d’être élue «Artiste francophone de l’année» , un prix attribué aux artistes non français. Le mérite est d’autant plus grand que  les lauréats du Prix Music Awards sont choisis par le public.  
Cette expérience réussie, en tant qu’actrice, aurait pu la détourner de sa passion première, à savoir la chanson. Mais Sofia ne l’entend pas ainsi. Elle a pris acte de ce succès, mais c’est la chanson qui restera son grand amour.
Son dernier passage à Casablanca, sa ville natale, lui a montré à quel point elle est chérie du public marocain qui suit sa carrière avec beaucoup d’intérêt. Elle a promis à ses nombreux fans de se produire plus souvent au Maroc. La réussite ne fait que commencer  pour Sofia.       

Libé
Samedi 27 Mars 2010

Lu 757 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs