Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Société tu m’auras pas : Mort de rigole




La dernière trouvaille d’un gars gauche, chargé de l'emploi et des affaires sociales du gouvernement barbu et coalisé que Dieu nous a fait ici-bled, est tout du dicton populaire: “Ach khessek al 3aryan? Khatem a Moulay!’’ (qu’est-ce qui pourrait te seoir oh le dévêtu ? une chevalière Seigneur !) et qui, revisité par ces temps modernes, en devient “Ach khessek a ji3an? swingo a Moulay !’’ (qu’est-ce qui pourrait te seoir oh l’affamé? Un chewing-gum Seigneur !) s’apparente à merveille à la situation des diplômés chômeurs revue et corrigée par le ministre qui veille à leur bon grain, Abdeslam Seddiki.
Mais à le séparer de l’ivraie et pour dire vrai, la plaisanterie ne prête guère au moindre sourire pour nos 25.000 ‘’licenciés chômeurs’’. En effet, à titre d’une formation supplémentaire offerte en guise de bonne année 2016, 10.000 d’entre eux se devront pour un quinquennat, de réutiliser plumes et encriers afin de mieux suivre le regard de Si Abdeslam.
Au passage, signe avant-coureur ou lapsus calami, on remarquera la qualification de ‘’licenciés’’ que notre bon ministre a bien voulu à ces personnes involontairement sans travail qui, après nombre d’années, ont usé et même abusé de leurs fonds de culottes sur des bancs peu propices à un quelconque avenir.
Ce lapsus linguæ, au demeurant se comprend aisément dès lors que la CGEM dans son rôle de licencieur, s’immisce dans ces affaires de chômage forcé pour y ajouter du sien.
Mais la meilleure, c’est quand Si Abdeslam prévient : “Que le programme concerne principalement les diplômés chômeurs de longue durée’’. Remarque, devant l’ampleur de la crise qui touche cette catégorie de fainéants et la gravité des problèmes de pauvreté et de chômage qui en découlent, on ne peut mieux qu’apprécier l’initiative courageuse de cette réforme sociale révolutionnaire.
A se demander si la source du désir soudain de notre ministre à pourvoir un profil à ses ‘’administrés’’ n'est que l'envie de plaire au mieux à son mentor, ce bon vieux Benky qui, lui, avait promis lors d’une campagne récente, une lutte sans merci contre ‘’bitala’’ en créant de l’emploi à tire-larigot. Mais ça, comme dirait la pub, c’était avant…

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 12 Novembre 2015

Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs