Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Snapchat piraté, les données de 4,6 millions d’utilisateurs révélées

Et pourtant, ils pensaient partager vidéos et photos éphémères en toute confidentialité




Snapchat piraté, les données de 4,6 millions d’utilisateurs révélées
Le site SnapchatDB.info a récupéré pseudos et numéros de téléphone de 4,6 millions d’utilisateurs de l’application, puis ont publié ces informations. Les hackers australiens de Gibson Security ont profité d’une faille de sécurité pour rendre publiques les données des usagers et forcer Snapchat à renforcer sa sécurité.  

Snapchat est une application originale. Les utilisateurs peuvent publier un “snap”, soit un message comprenant une photo ou une vidéo et expédier celui-ci. La particularité du concept se retrouve dans le fait qu’une fois le message ouvert par le destinataire, le “snap” est automatiquement supprimé dans les dix secondes qui suivent.
Cette idée de communication éphémère a rapidement séduit les utilisateurs, notamment les adolescents qui se sont empressés d’échanger des vidéos et photos, pensant effectuer cela en toute confidentialité. Une fois la photo ou vidéo détruite, il n’y a aucune trace, et cela conférait aux utilisateurs une impression de sécurité supplémentaire face aux réseaux sociaux plus traditionnels.
Une application en vogue créée par des étudiants de Stanford en 2011 qui a suscité un fort engouement chez les plus jeunes : un message lu puis détruit, et qu’importe le contenu, l’application était censée n’en garder aucune trace. Ce concept en faisait rêver plus d’un et même les plus grands se sont arraché l’idée. En vain, car malgré les sommes astronomiques en jeu [3 milliards de dollars proposés par Facebook et 4 milliards par Google] Snapchat a décliné les diverses propositions de rachat.
Face à une telle popularité, c’est un étrange cadeau de Noël qu’ont fait les hackers australiens de Gibson Security en révélant publiquement les failles de l’application. Les données de 4,6 millions d’utilisateurs ont été publiées, mais avec une réserve, car en effet Gibson Security a choisi pour éviter “spams et abus” de ne pas dévoiler entièrement les numéros de téléphones.  Cependant, ce n’est que partie remise, car SnapchatDB menace de rendre ces numéros entièrement publics si la sécurité de l’application n’est pas améliorée. Le plus problématique dans cette situation étant que les éditeurs de l’application avaient été préalablement informés des failles de sécurité par Gibson Security en août 2013, mais avaient choisi de ne pas prendre en compte les avertissements des hackers.
 L’application se retrouve le bec dans l’eau, et cela n’est que justice. Les données piratées n’ont en rien disparu et sont  hébergées  sur le site du collectif de hackers australiens qui pourrait choisir de les publier à  tout moment. Une situation que les éditeurs de Snapchat n’ont pas su éviter, se consolant d’un maigre billet de blog en guise de réponse aux événements, minimisant les conséquences de ce piratage.
Une décharge électrique pour les éditeurs de Snapchat qui ont confirmé cet acte de piratage. Certes, l’annonce d’une nouvelle version de l’application plus sécurisée devrait apaiser les tensions, mais la crédibilité de Snapchat ne tenait qu’à un fil : la capacité à effacer des messages diffusés.   Cette  piqûre  rappelle aux réseaux sociaux qu’ils se doivent de faire passer la sécurité de l’usager au  premier plan. 
 

Danaé Pol
Mercredi 8 Janvier 2014

Lu 1419 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs