Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Six options envisagées pour faire face aux besoins de fonds de la Grèce




Jusqu'à six options sont envisagées pour le financement transitoire permettant à la Grèce de faire face à ses besoins immédiats de fonds, dans l'attente d'un possible troisième plan d'aide international, a indiqué mardi le ministre finlandais des Finances, Alexander Stubb.
Une réunion des directeurs du Trésor de l'Eurogroupe était prévue mardi et sera suivie, peut-être ce mercredi, par une conférence téléphonique des 19 ministres des Finances de la zone euro.
La Grèce, dont les caisses sont vides, est désormais suspendue aux aides d'urgence de la Banque centrale européenne (BCE). Or le pays doit faire face à plusieurs engagements dans les prochaines semaines, dont un remboursement de 4,2 milliards d'euros le 20 juillet à la BCE.
Lundi, la Grèce a de nouveau fait défaut sur sa dette dette vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) en n'honorant pas un remboursement de 456 millions d'euros. A court d'argent frais, Athènes avait déjà manqué le 30 juin un remboursement de 1,5 milliard d'euros au FMI.
Les créanciers ont estimé à 12 milliards d'euros les besoins du pays d'ici à la mi-août. L'option la plus régulièrement mise en avant pour un financement transitoire est d'avoir recours aux intérêts réalisés par le programme SMP (Securities Market Program) de la BCE, qui s'élèvent à quelque 3,2 milliards d'euros pour 2014 et 2015, ce qui est insuffisant vu les besoins du pays.
Dans le cadre du programme SMP, la BCE a racheté à partir de mai 2010 des titres grecs. En 2012, la BCE a décidé d'échanger ses obligations grecques contre de nouvelles, moyennant une décote, ce qui lui a permis de réaliser des plus-values.
La Grèce et les institutions s'étaient entendues sur le fait que cet argent reviendrait in fine à Athènes, sous réserve de conclusion positive du deuxième programme d'aide, qui a pris fin le 30 juin.  Autre option envisagée : la réactivation du FESM, un fonds de la Commission européenne, qui dispose d'une capacité de 11,5 milliards d'euros, selon le quotidien allemand Handelsblatt, ou des prêts bilatéraux de certains Etats membres.
Enfin, lundi soir, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a proposé que la Grèce mette en place des IOU, sorte de monnaie temporaire, pour payer les salaires et les fonctionnaires, et garder les euros afin de rembourser en partie la BCE, a indiqué une source gouvernementale.
Cette option est controversée car vue comme un premier pas vers une sortie de la Grèce, même temporaire, de la zone euro.

Mercredi 15 Juillet 2015

Lu 242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs