Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Six morts dont un enfant dans des combats confessionnels au Liban

Malgré le déploiement de l’armée, les combats se poursuivent




Six morts dont un enfant dans des combats confessionnels au Liban
Six civils, dont un adolescent de 15 ans touché d'une balle dans son école, ont été tués samedi à Tripoli dans le nord du Liban lors de nouveaux heurts confessionnels liés au conflit en Syrie voisine, selon une source de sécurité.
Vingt-deux personnes ont été blessées dans les combats qui se poursuivaient par intermittence en soirée entre habitants du quartier sunnite de Bab al-Tebbaneh favorable à la révolte contre le régime syrien, et celui de Jabal Mohsen, fief des alaouites acquis au président Bachar al-Assad dont ils partagent la confession.
L'adolescent, Omar al-Hasmawi, a été tué dans une école proche du quartier musulman sunnite de Bab al-Tebbaneh, a déclaré la source de sécurité à l'AFP. Après son décès, l'armée a évacué l'école Loqman, et les autres établissements scolaires de Tripoli ont fermé pour la journée.
Trois autres civils libanais ainsi qu'un Palestinien et un Syrien ont également péri dans les combats, selon la même source. Au moins quinze civils ont été blessés.
L'armée libanaise, déployée depuis octobre entre les deux quartiers et qui riposte aux sources des tirs dirigés contre ses soldats, a fait état de sept blessés dans ses rangs. Malgré son déploiement destiné à empêcher les violences, les combats n'ont pas cessé.
La capitale du nord du Liban est régulièrement le théâtre de violences qui touchent ces deux quartiers depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.
Les tensions se sont aggravées à Tripoli jeudi, après que des drapeaux syriens ont été hissés à Jabal Mohsen, qui surplombe Bab al-Tebbaneh. En réponse, des drapeaux de la rébellion syrienne y ont été hissés.
Le jour même, des hommes armés ont blessé par balles quatre ouvriers de confession alaouite qui rentraient à pied chez eux après leur journée de travail, suscitant la colère dans les milieux alaouites.
La population de Tripoli est composée à 80% de sunnites et 11% d'alaouites, et les tensions entre les deux communautés sont attisées par le conflit syrien. La ville a été frappée en août par un double attentat à la voiture piégée qui a fait 45 morts.

AFP
Lundi 2 Décembre 2013

Lu 356 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs