Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Six enfants tués ou blessés par jour au Yémen

Nouveau signe d'apaisement dans le conflit yéménite




Six enfants sont tués ou blessés chaque jour au Yémen, depuis le début des frappes aériennes saoudiennes il y a un an, a dénoncé mardi l'ONU, soulignant le lourd tribut versé par les plus jeunes.
 Dans un rapport publié à l'occasion de l'anniversaire du début des frappes aériennes conduites par l'Arabie saoudite, l'UNICEF, l'agence des Nations unies d'aide à l'enfance, a indiqué que "plus de 900 enfants ont été tués et plus de 1.300 blessés au Yémen" depuis mars 2015, soit "sept fois plus que sur l'ensemble de l'année 2014".
 Les enfants représentent un tiers des décès de civils au Yémen depuis mars 2015, ajoute l'Unicef.
 "Les enfants ne sont en sécurité nulle part au Yémen, même jouer ou dormir peut être dangereux", a déclaré Julien Harneis, représentant de l'UNICEF au Yémen, dans un courriel à l'AFP.
 L'intervention conduite par les Saoudiens en soutien au président Abedrabbo Mansour Hadi a commencé le 26 mars 2015, et continue à s'opposer aux rebelles Huthis et à leurs alliés, qui contrôlent toujours la capitale Sanaa et d'autres régions clefs du pays.
 Les parties en guerre se sont mises d'accord la semaine dernière pour un cessez-le-feu avant le début des pourparlers de paix le 18 avril.
 L'ONU estime que 82% de la population nécessite une aide humanitaire, avec 320.000 enfants souffrant de malnutrition.
 "L'échelle des souffrances dans le pays augmente", a indiqué le rapport publié mardi, qui se fonde sur de nombreux témoignages.
"Tout autour de moi est effrayant, le visage triste de ma mère et ses larmes me causent le plus de peine", a déclaré Abdullah Nawar, 13 ans, réfugié avec sa famille à Aden. "Je crains que toute notre famille meure dans cette cave sombre", a-t-il ajouté.
 Le rapport dénonce également les souffrances provoquées par les effets secondaires des combats, soulignant que "les services de base et les infrastructures au Yémen sont sur le point de sombrer".
 Selon l'Unicef, près de 10.000 enfants âgés de moins de 5 ans auraient succombé à des maladies en raison de l'absence de vaccins ou d'accès aux soins médicaux
Ce sont les premières victimes des 50.000 enfants qui meurent chaque année au Yémen avant leur 5ème anniversaire, ajoute l'Unicef.
 Selon l'agence, environ 63 centres médicaux ont été attaqués l'année dernière et 3 ont été réquistionnés à des fins militaires.
 Par ailleurs, les enfants sont de plus en plus déscolarisés. Il y a eu 50 attaques directes contre des écoles et des enseignants, et 50 écoles ont été occupées par des combattants, indique l'Unicef.
Plus de 1.600 écoles restent fermées, en raison de l'insécurité et aussi parce qu'elles sont utilisées pour héberger les 2,4 millions de personnes déplacées par le conflit.
 L'Unicef dénonce enfin 848 cas documentés d'enrôlement de force d'enfants par les différentes parties au conflit.
 "Ce qui est tragique, c'est que ces statistiques ne sont que le sommet de l'iceberg", indique le rapport, ajoutant que le nombre réel est en fait "beaucoup plus élevé".
L'Arabie saoudite et les rebelles chiites au Yémen ont une nouvelle fois échangé des prisonniers, confirmant une volonté d'apaisement avant un cessez-le-feu et des pourparlers de paix annoncés par l'ONU pour le mois prochain.
 Neuf Saoudiens "retenus au Yémen" ont été échangés contre 109 Yéménites arrêtés dans les zones d'opération près de la frontière sud de l'Arabie saoudite, a annoncé lundi la coalition militaire arabe engagée au Yémen contre les rebelles Houthis.
 "Neuf détenus saoudiens ont été récupérés et 109 yéménites, arrêtés dans les zones d'opération militaires", ont été remis à la partie yéménite, a déclaré la coalition conduite par l'Arabie saoudite.
 Cet échange, le deuxième du genre, a été effectué dimanche, a indiqué la coalition dans un communiqué, sans préciser si les Saoudiens qui étaient retenus au Yémen sont des militaires ou des civils et si les Yéménites sont des Houthis.

Mercredi 30 Mars 2016

Lu 1312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs