Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Situation inquiétante en Guinée avant l’annonce d’élections législatives constamment repoussées


Six morts et une centaine de blessés dans des heurts parmi les manifestants



Situation inquiétante en Guinée avant l’annonce d’élections législatives constamment repoussées
Une personne au moins a été tuée et six autres ont été blessées lundi lorsque les forces de l'ordre ont ouvert le feu à Conakry, a annoncé une ONG guinéenne. Les coups de feu ont éclaté peu après le boycottage par les principaux chefs de l'opposition d'une réunion organisée par le président Alpha Condé pour mettre fin à plusieurs jours d'agitation dans la capitale et au-delà qui ont fait au total six morts.
"Sept personnes ont été touchées par des balles tirées par les forces de sécurité", a déclaré Thierno Maadjou Sow, président de l'Organisation guinéenne des droits de l'Homme (OGDH). "L'une d'entre elles a succombé à ses blessures. La situaiton tourne à un affrontement ethnique entre les Malinkés et les Peuls".
De son côté, le porte-parole du gouvernement, Damantang Albert Camara, a qualifié la situation d'"inquiétante" sans vouloir fournir de bilan des violences de lundi.  Les affrontements de lundi ont gagné la ville de Labé, située dans le centre du pays, à plus de 450 km de la capitale.
Les violences ont éclaté mercredi lors d'une manifestation de l'opposition qui accuse le gouvernement de chercher à truquer les prochaines élections législatives. Les heurts ont fait cinq morts et des centaines de blessés parmi les manifestants.
Le président Alpha Condé avait appelé à des négociations en vue des prochaines élections, repoussées à plusieurs reprises. Un décret présidentiel devait être présenté avant dimanche pour fixer le prochain scrutin au 12 mai.
Les principaux responsables de l'opposition avaient appelé au boycottage de la rencontre. Néanmoins, une délégation représentant l'opposition, dirigée par le porte-parole Aboubacar Sylla et l'ancien premier ministre Jean-Marie Dore, a participé aux négociations.
Le prochain scrutin est censé parachever la transition vers un pouvoir civil après le coup d'Etat militaire de 2008.
La tenue des élections législatives est également une condition de la reprise de l'aide européenne à une économie riche en minerais (bauxite notamment) et en bois minée par les divisions et la mauvaise gestion.

Libé
Mercredi 6 Mars 2013

Lu 204 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs