Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Situation du système de l'enseignement : L’appel du Cercle des jeunes démocrates marocains




Situation du système de l'enseignement : L’appel du Cercle des jeunes démocrates marocains
Il est incontestable que notre enseignement vit une période de stagnation et même de recul.
L'année scolaire 2011-2012 a été marquée par plusieurs calamités reliées à la dégradation de notre système éducatif national. Nous citons : l'annonce de l'échec du programme d'urgence qui a coûté 3,3 milliards de dirhams et les seuils exorbitants imposés par les écoles et les instituts universitaires de notre Royaume.
Multiples réformes et diverses directives se sont succédées depuis l'indépendance en vue de remettre l'institution scolaire sur la bonne voie. Partant de 1957 : année de la formation de la haute commission à l'enseignement. Ensuite, passant par l'année 1999 : l'adoption de la Charte nationale d'éducation et de formation (CNEF), pour arriver enfin au plan 2009-2012 : le fameux Plan d'ugence.
Le Cercle des jeunes démocrates marocains estime que cette succession chronologique de réformes entreprises témoigne d'une ambitieuse volonté d'améliorer ce secteur, mais bien que des progrès substantiels aient été réalisés, notamment la quasi-généralisation de l'enseignement, la lutte contre l'analphabétisme, le renouvellement des programmes scolaires, etc. , le défi de la réforme reste toujours présent et les constats de déperditions, résultats alarmants des apprenants, inadéquation entre les profils et les besoins du marché du travail, surcharge des classes, défi de l'accès inéquitable à l'éducation de base et les enjeux de la gestion fonctionnelle et le pilotage stratégique du secteur pointent une crise sérieuse de la qualité du système éducatif national. Et les classements honteux des différentes ONG en sont le bon témoin -le Maroc est classé 130e au classement du développement humain selon le dernier rapport du PNUD 2011.
Dans ce contexte, le CJDM pense que les opérations de lifting et les simples essais de revalorisation de l'institution scolaire, l'adoption de solutions souvent importées et précipitées,  la recherche d'équilibres provisoires, ne remédieront plus à cette situation inquiétante. Le CJDM trouve qu'il est plutôt temps de se poser les questions existentielles et de se mettre à table pour y répondre.
A ce titre, le Cercle des jeunes démocrates marocains appelle à :
1-    Placer l'enseignement et l'orientation en tête des priorités actuelles en tant que cause nationale et reconcevoir la notion de l'Ecole dans la société marocaine : le CJDM trouve que la question à laquelle il faut, de toute urgence, trouver une réponse -avant de s'attaquer aux autres problèmes de privatisation, gratuité ou non de l'enseignement, lourdeur administrative, etc. (qui ne constituent que le bouc émissaire de l'échec de la réforme de ce système éducatif)- est bien évidemment celle de la notion de l'institution scolaire. Comment concevons-nous ce terme en tant que société marocaine ? Et dans quel ordre de priorité plaçons-nous l'éducation nationale dans les  préoccupations gouvernementales ?
2- Adopter une alternative urgente concernant le système de baccalauréat : vu que l'adoption d'une réforme intégrale et complète nécessitera du temps, le CJDM appelle le gouvernement actuel à adopter un système alternatif plus équitable en baccalauréat, adapté au contexte actuel et répondant au mieux aux différentes exigences des différentes spécialités disponibles dans les instituts universitaires actuels.
3- Engager un dialogue national urgent : à l'instar d'autres chantiers telles que la régionalisation avancée, la Constitution et la justice, un dialogue national urgent à propos de la réforme de notre système d'enseignement et d'orientation s'avère d'une nécessité impérieuse: gouvernement, politiciens, partenaires sociaux, société civile, associations des parents d'élèves, associations d'étudiants, institutions religieuses, institutions économiques, etc. , toutes les parties prenantes qui jouissent d'ores et déjà d'un rôle décisif dans la gestion, la supervision de l'institution scolaire et l'évaluation  de l'opération d'apprentissage, sont appelées à concevoir un projet et des perspectives clairs qui répondront adéquatement aux besoins du pays et aux ambitions de nos jeunes.
Dans le même contexte, le CJDM porte à la connaissance du public qu'il a préparé une analyse résumant ses observations, sa vision et ses propositions concernant la situation de notre système éducatif national. Et par la même occasion, le CJDM réitère son engagement dans le processus de réforme du dit système éducatif tout en appelant la société civile à s'y investir pleinement en participant activement à sa refonte radicale.
Enfin, le CJDM invite le gouvernement à étudier sérieusement toutes les propositions relatives à ce champ de réforme déterminant dans l'émergence socioéconomique de notre chère patrie.

Le Conseil National,
Cercle des jeunes démocrates
marocains
Rabat, le 22 août 2012.


Libé
Samedi 25 Août 2012

Lu 1221 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs