Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Silence insolite des autorités publiques : Le président de la commune urbaine de Mohammédia mis à l’index




"Il faut être bouffon ou masochiste, au pire des cas, pour mener sa municipalité, en un temps record, à un état lamentable pareil», déplore un autre. Sur le tas, la situation a empiré après la démission des élus usfpéistes de la majorité du Conseil municipal, depuis un an.
Tous les piliers vitaux d’une ville moderne ou même d’un patelin bien structuré sont détruits. L’anarchie, le copinage, le favoritisme et les intérêts personnels sont devenus, par la force des choses, monnaie courante dans tous les services.  En un mot : la ville de Mohammedia est au bord du gouffre.
A l’appel des habitants de cette municipalité transformée en un vivier de saleté, d’immoralité, de débauche et d’anarchie, l’opposition s’est récemment manifestée pour la énième fois. Mais les autorités locales semblent bien avoir choisi, selon l’opposition, leur camp dans cette équation déséquilibrée entre un «maire» puissant, qualité dont il se targue devant ses proches collaborateurs, et une population frustrée d’un président qui a beaucoup de mal à masquer son incompétence en matière de gestion par son absence presque continue des locaux de la municipalité qu’il n’occupe que quelques minutes très tôt le matin avant l’arrivée du personnel. «Une absence comblée, illégalement, par ce fonctionnaire hors du commun, ex-caïd au Nord et cousin du président, qui gère à sa place les affaires de la commune défiant ainsi toutes les lois en vigueur et le mécontentement des autres élus», crie cet élu furieux pour dénoncer le silence complice des autorités locales. Et ce, malgré les multiples revendications des élus de l’opposition et des habitants de la ville qui ne cessent d’exprimer, à la moindre occasion, leur colère. «Les tentatives du «maire» qui n’hésite pas à acheter le silence des nécessiteux de la ville en leur distribuant des vivres dans les locaux municipaux, avec la bénédiction des autorités locales ne servent plus à rien.
L’opinion publique locale est consciente de ces manœuvres et réclame l’intervention des autorités compétentes, en l’occurrence le ministère de l’Intérieur, en vue de mettre fin à ces abus et de faire cesser cette campagne électorale précoce d’un parti trop soutenu, notamment à Mohammedia», fait savoir le communiqué de la section locale de l’USFP rendu public récemment.
Quelques jours avant le mois sacré, les militants usfpéistes, à leur tête les conseillers du parti à la municipalité de la ville, ont sollicité l’intervention urgente du ministère de l’Intérieur. Ils ont réclamé, entre autres, l’ouverture d’une enquête sur plusieurs dysfonctionnements dans la gestion anarchique de la ville. Selon eux, les abus ne manquent pas dans cette municipalité appauvrie et compromise par la mauvaise gestion individuelle dont le bilan négatif est très alarmant. Les dix péchés à « l’actif » du président de la commune urbaine de Mohammédia et que nous énumérerons dans une prochaine édition en disent long.

Rida Addam
Lundi 29 Août 2011

Lu 302 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs